[Billet Invité] Quand l’identité l’emporte sur la réalité…

Ce billet a été rédigé par une une lectrice du blog, immigré africaine en France. Comme bien d’autres à la fois d’ici et d’ailleurs, elle partage le rêve d’une Afrique nouvelle. Ce billet Il s’inscrit dans la démarche de l’ouverture du blog à d’autres personnes désireuses de partager ces interrogations existentielles communes.

6975382026_6829736dd4_z

Black Girl Graffiti, Marseille, France / (c) Flickr x1klima

Il y a un an je rencontrais la communauté Afro elle n’existait que de nom mais n’avait pas d’actions, rien de formel, de visible. Depuis peu j’ai été amenée à rencontrer des jeunes d’horizons différents. Cette jeunesse se divise en 3 groupes.

Ceux qui rejoignent ce mouvement panafricain car ils sont à la recherche de leurs racines. Le cri du cœur est à la source de cette quête. Quête de son histoire de Noir ancien esclave, ancien colonisé. Une quête motivée par le désir de sortir de cette image stéréotypée véhiculée en France, désir de vaincre cette discrimination et racisme invisible mais présent.

Puis il y a cette catégorie, ces jeunes dont je fais partie qui très tôt, très jeunes, ont quitté ce continent, pour satisfaire le désir de nos parents qui à l’époque voyait l’Europe comme l’eldorado de l’Afrique. Très tôt j’ai dû grandir très vite, comprendre que l’eldorado n’est autre que cette utopie, un rêve dans lequel on aime se perdre car on manque de courage. Cette peur qui nous foudroie, nous empêche de voir que la réalité c’est nous qui la faisons vivre, c’est à nous de changer ce monde et d’en faire ce que nous voulons. Cette catégorie qui est la mienne a pensé à créer une synergie africaine ici pour un meilleur retour chez nous. Ici car notre personnalité s’est forgée grâce à notre parcours ici mais notre cœur appartiendra toujours à l’Afrique, c’est elle qui nous a fait c’est elle qui définit notre essence. Cette Afrique est notre Premier amour celui qui ne meurt jamais, qui nourrit notre âme, fait vibrer notre cœur et nous donne des ailes.

Et enfin cette catégorie, qui a incorporé le mode de vie européen. Un groupe tétanisé par un retour sur le continent. Ce retour est un défi pour tous, car le culte de l’Occident y existe toujours, des éléphants au pouvoir déconnectés de la jeunesse, de sa réalité, et ne voulant pas faire évoluer la situation.

Alors la question que je me suis posée après ces rencontres a été : dois-je suivre mon cœur et participer au combat peu importe la portée que j’aurai ou alors me fondre dans le système et laisser ma civilisation se détruire à petit feu via des phénomènes comme le blanchiment de peau, néocolonialisme , colonialisme moderne asiatique …? J’en ai parlé à une maman avec qui je travaillais à l’époque et elle m’a dit ceci : Ma fille tes interrogations sont bonnes ta cause juste mais pour y arriver tu devras être patiente et forte car ceux qui t’empêcheront d’avancer ne seront pas forcément les blancs mais plutôt tes frères qui n’y croiront pas perdus dans leur individualisme ils voudront t’affaiblir avec leur pessimisme qui est le reflet de leur peur, cette peur du vide. C’est pour cette raison que notre génération n’a pas réussi, nous ne nous sommes pas unis, nous n’avons pas pensé aux prochaines générations car ce combat est le combat d’une vie que tu commenceras aujourd’hui mais seulement tes petits enfants verront les premiers résultats.

A suivre…

K.A.

2 Commentaires [Billet Invité] Quand l’identité l’emporte sur la réalité…

  1. elvire

    très beau témoignage. les africains ne doivent pas avoir peur de prendre leur destin en main, mais pour cela il faut des passionnés comme toi … et oui seule la passion nous donnera des ailes, cette force sur-humaine nécessaire pour gravir les multiples obstacles qui se présenteront. ravie de voir qu’il y’a beaucoup de mes confrères qui sont afro-positifs comme moi 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *