De l’importance d’avoir des repères dans la vie

canard-famille

Dimanche dernier, c’était mon anniversaire. C’était aussi la fête de mères dans le pays où je me trouvais. Ce fut donc donc un anniversaire très spécial pour moi.

Par ailleurs, quelqu’un m’a demandé il y a quelques jours quel était mon repère dans la vie et la première réponse qui m’est venue en tête a été : MA MERE !

J’ai été la première surprise de ma réponse alors j’ai commencé à y réfléchir!

Au fond, j’ai changé plusieurs fois de repères dans ma vie. J’étais très « infidèle », du coup, j’ai par exemple, une meilleure amie par épisode de ma vie, un nouveau frère, une nouvelle sœur, un nouveau petit ami sans qui je ne peux vivre, en fait je comprends aujourd’hui que j’ai perdu mon temps.

Ma mère a toujours tout fait pour éviter de me donner des repères, parce qu’elle, on lui a tout imposé dans son enfance. C’est ce qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, c’est aussi paradoxalement la seule chose que je changerai de l’éducation que j’ai reçue si un jour j’ai des enfants.

Aujourd’hui, je suis forte d’une expérience pendant laquelle, je me suis attribuée entre autres:

–          Deux sœurs, une vraie qui est aussi ma meilleure amie,  une fausse qui est aussi ma meilleure amie. Mes deux sœurs sont sœurs #ont vécu leur adolescence dans la même maison#

–          Trois frères, deux petits dont un blanc, un noir, le vrai, un grand à qui je n’adresse plus la parole depuis 2 semaines.

–          Deux mères, dont une qui me déteste comme tout aujourd’hui et une que je viens de rencontrer.

–          Des cousines qui sont en fait, les « cousines de ma sœur », mes propres cousins que je viens de rencontrer. etc…..

Je pense qu’on est VICTIMES de ce qui se passe dans notre vie entre 0 et 8 ans. Je ne vais pas rentrer dans des considérations compliquées comme Œdipe, Freud et la psychanalyse, même si je convaincue que cela est très lié.

Je pense que :

1-     On peut se guérir de tout sauf de ce qui nous arrive entre 0 et 8 ans. Ainsi, selon moi, un enfant devrait vivre avec ses deux parents ou avec des personnes scrupuleusement choisies par ceux-ci, pendant cette période cruciale qui le définit.

2-     Les parents doivent choisir avec soin le lieu où ils décident d’élever leurs enfants en fonction de l’identité qu’ils souhaitent leur apporter.

3-     Notre mère ne peut pas nous compléter parce que nous ayant créés, elle nous a tout donné.  C’est pourquoi avant de devenir mère, il faut déjà être un être complet et non la moitié de quelqu’un ou à moitié vide.

4-     Les parents doivent laisser d’autres personnes qu’eux même, influencer leurs enfants. Ainsi, en Afrique par exemple, je pense que c’est une bonne chose que tout le monde se mêle de l’éducation des enfants, ça participe à ce que nous soyons complets plus vite que les autres et cela permet de pallier au 3- qui n’est pas donné à tout le monde.

5-     C’est difficile pour un enfant d’être complet sans un père ou quelqu’un qui représente le modèle de père. C’est pour ça qu’en Afrique, on attribue toujours un père aux enfants quitte à ce que ce soit son grand-père, son oncle, etc.

6-     La seule chose qui ne peut pas changer c’est une mère et de ce fait, si vous vous cherchez, retournez vous vers votre mère, criez lui dessus, pleurez, accusez la, grondez là, roulez vous par terre, exigez ! Et elle vous dira qui vous êtes parce que vous lui avez fait ça dès que vous êtes sortis du ventre #pleurer, exiger etc#. J’imagine que depuis lors, elle a testé tellement de techniques pour vous aimer plus fort face à ça qu’elle saura toujours vous répondre, sans que vous la perdiez. Noirs de France ou d’Afrique, ça urge alors faites l’exercice le plus vite possible et cherchez à savoir où vous étiez et qui vous étiez entre 0 et 8 ans. Vous aurez beau tourner en rond, vous y reviendrez toujours.

7-     N’oubliez pas que l’école et la famille nous forgent entre 0 et 8 ans, les seules choses que vous n’oublierez jamais c’est ce que vous aurez appris entre 0 et 8 ans. A ce stade, notre inconscient est ouvert à assimiler, à ingurgiter, à apprendre, nous sommes naïfs, insouciants.

Après 8 ans, on passe à la phase de la définition de soi, puis  l’affirmation de soi pendant l’adolescence.

De part mon expérience et certaines lectures, je pense qu’entre 18 ans et 23 ans, on se RE-CHERCHE, on doit trouver qui on est et pour ça il faut se confronter au vrai monde, celui des crocodiles, celui où chacun vient avec son bagage et veut une place. On définit la vie qu’on aura et qui on sera et quelle famille on forgera, quel salarié nous serons, quel entrepreneur nous serons, quel type de riche nous serons ou quel type de pauvre nous resterons. Les erreurs qu’on fera par la suite ne seront que les conséquences de la mauvaise / non gestion de cette période.

8-      Après cette phase, c’est fichu! Vous comprendrez pourquoi Château rouge est noir de monde! Toutes les personnes immigrant après un certain âge ne sont plus prêtes à ingurgiter, ni à se confronter à quoi que ce soit, ils réessayent tant bien que mal de recréer leur vie d’avant. C’est pour ça que je suis contre l’immigration d’AVENTURE. Le lieu ne définit pas l’aventure humaine qu’on vivra. Si quelqu’un a appris à être crétin entre 0 et 8 ans, il le restera toute sa vie, quelque soit l’endroit où il va, ça je peux l’assurer.

9-     Pour moi, à partir de 18 ans, pas avant, pas après, pour pouvoir avancer il faut se détacher de sa maman à 18 ans i.e.# les garçons, c’est surtout à vous que je m’adresse à vous # ca signifie, ne plus « écouter » son avis sur vos choix, ici c’est le lieu de « RE-ENTENDRE » les personnes qui nous ont influencé entre 0 et 8 ans , mais « ECOUTER » notre soi uniquement pour prendre et assumer chaque décision importante. Entre 0 et 18 ans, ces personnes et particulier, notre mère nous charge à bloc d’amour, dit à ses garçons qu’ils ont les plus beaux, et à ses filles quelles femmes elle aimerait les voir devenir, les aident à traverser l’adolescence en prenant tous les coups sur elle. Mais, comme c’est le point (0,0) du repère, rester attaché, collé serré à sa mère signifie, c’est rester au point (0,0). Ceux qui ont du temps à perdre peuvent rester scotchés s’ils veulent, moi je pense que c’est la meilleure manière de rester PAUVRE plus longtemps.

10-  Moi si j’ai la chance d’avoir des enfants, j’aimerais que ma famille vive

– en France entre 0 et disons 2 ans,

– dans le continent africain entre 2 ans et 8 ans,

– dans le continent américain entre 8 et 12 ans,

– dans le continent asiatique entre 12 et 18 ans,

– où il veut sauf chez moi entre 18 et 23 ans.

Et par la suite, je serai où ils seront quand ils auront besoin de moi, je tacherai d’être là pour saisir ma deuxième chance avec mes petits enfants, parce qu’une chose est sûre, certains de mes enfants m’en voudront de tous les choix que j’ai fait pour eux.

Un débat houleux sur Kemi Seba a éclaté il y a quelques jours sur ce blog  suite à un article de Néo. Je n’avais jamais entendu parler de lui avant ce débat, mais je vous demanderai juste de relire le billet de Néo après mon article et de répondre à la question :

Etes vous un noir avec ou sans repères ? Si la réponse est « Sans », ayez l’humilité de chercher vos repères avant de vous lancer dans la vie, dans le combat de « sauver l’Afrique », parce que l’AFRIQUE A TROP SOUFFERT POUR QU’ON RIGOLE ENCORE UNE FOIS AVEC SON DESTIN.

Pour conclure ce billet, je vais vous parler un peu de ma relation avec ma mère :

Sur les 10 dernières années, le nombre de jours passés avec ma mère se résume à: 1 mois en 2005, 10 jours en 2008, 10 jours à Noël 2010, 3 semaines en Août 2012 et une semaine récemment. Le nombre de mots échangés avec ma mère peut aussi être compté. Il a augmenté de façon exponentielle il y a quelques semaines, mais pour cela, il a fallu que je la CHERCHE vraiment, que j’EXIGE, je CRIE etc…

Avant ça, il il y a eu quatre années #mon adolescence# où elle était mon principal problème.# oui j’étais une ado très têtue#.

Et avant avant ça, je l’entendais en boucle me répéter #occupes toi de tes propres affaires, étudies, vas chez le répétiteur, Ministre des affaires inutiles, tu vas manger même si tu n’aimes pas, fais une chose à la fois, ne lis pas en mangeant, ne lis pas sous une lumière trop forte, le « T » monte de trois carreaux et «P » descend de deux carreaux# J’ai fini par l’entendre il y a quelques jours et, même si je n’y arrive toujours pas, mais j’ai bon espoir car maintenant je sais ce qu’il me faut.

Ma mère ne parle pas beaucoup des sujets importants,  elle fait tout le temps le clown et aime amuser la galerie. Elle dit tout sur le ton de la blague. Elle ne parlait longuement qu’avec sa sœur #et en ma langue maternelle#. C’est lors que leurs conversations pendant qu’elles rongeaient les arrêtes de poisson que j’ai appris à comprendre cette langue. #la séance durait au minimum demi-heure après chaque repas#. Elle est toujours la même #c’est la raison pour laquelle j’ai du creuser pour avoir des réponses#. Moi, je suis exactement pareille #en moyenne 2 heures de temps par jour à refaire le monde avec ma meilleure amie ou ma sœur mais pas le temps pour le reste du monde#.

De temps en temps, elle me traitait de « chiffon » et très rarement je recevais une claque dans le dos avec une sandale ou la main, mais toujours inattendue et laissant un goût de « OK je digère, tu as gagné ».

Alors pourquoi j’ai répondu « ma mère » spontanément?

Et vous ? Quel est votre repère ?

Mamisie

A voir: Le film Parental Guidance de Andy Fickmann, en français « Le choc des générations »

 

5 Commentaires De l’importance d’avoir des repères dans la vie

  1. philosoraptor

    J’aimerais savoir pourquoi tu aimerais que tes enfants vivent en Amérique entre 8 et 12 ans, et par la suite pourquoi l’Asie pendant l’adolescence?
    En passant, merci pour l’article… j’aime bien te lire!

    Répondre
  2. appel d'offre Tunisie

    Bonjour,
    Merci pour ces mots touchants. Personnellement, j’aime ma mère plus que mon père. Mais, mon repère reste sans hésitation mon cher papa. C’est celui qui m’a appris durant toute ma vie qu’il faut top dans mon domaine. C’est celui qui a dressé mon image et j’en suis fière. Merci Papa. Je j’aime.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *