Eloge du hip-hop capitalism

Mobb_Deep-Blood_Money_album_cover

Il y a quelques mois, la photos du rappeur 50 cent en illustration d’un de mes articles avait suscité l’indignation de Guevarra,  lecteur du blog qui s’étonnait de me voir promouvoir les idées capitalistes comme si la richesse matérielle était le but ultime de la vie, et je le cite « le message que véhicule le rap surtout le mec qui illustre ton article est quelque fois nul« .

Amusant hein?

De telles controverses liées au hip-hop sont multiples. A l’origine un moyen d’expression trouvé par les Noirs Américains des “quartiers défavorisés”pour défendre des idées, des valeurs, pour lutter,  pour exprimer leur colère devant l’injustice dont ils étaient victimes, le hip hop est devenu également un immense business générant des milliards de dollars de cash flow à travers le monde, faisant au passage la fortune de quelques entrepreneurs audacieux. As P. Diddy would says, « Je ne fais pas que des textes; je sais aussi signer des chèques ». C’est l’argent qui fait tourner le monde; et feindre d’ignorer cette tendance de fonds qu’est le hip-hop-capitalisme, c’est se condamner à rater le train du progrès.

Même si vous n’êtes pas dans le rap, le Hip-hop est partout autour de vous. Il s’infiltre à  l’intérieur des films que vous regardez (as tu regardé un film de Will Smith récemment?), Les livres que vous lisez , la mode que vous portez (Tommy Hilfiger, FUBU, Rocawear). En fait, le Hip-hop est peut-être la seule forme artistique qui célèbre le capitalisme ouvertement.

Tu veux des preuves pour t’en convaincre?  Tommy Hilfiger a positionné son entreprise de vêtements sur le marché du streetwear hip-hop, et il le fait maintenant un milliard de dollars par an dans des T-shirts oversize, des jeans Baggy. «Il n’ya pas de frontières», dit Hilfiger. « Le hip-hop a créé un style qui est englobée dans une série de personnes de toutes origines et de races. » Russell Simmons, fondateur du célèbre label hip-hop Def Jam, a gagné près de 200 millions de dollars en 1998.

Coté musical, le Hip-hop (même s’il connaît une crise existentielle qui fait dire à Nas qu’il est mort) n’a jamais produit autant de son de qualité… et de déchets, mais c’est parfois le prix a payer pour qu’émerge les pépites que sont Alicia Keys, Mary J. Blige ou encore Kanye West (my man!).

Le Hip-hop fait vendre des téléphones portables, des laptops, des protéines pour ceux qui veulent son corps, de la sape, des films, du parfum. Pourquoi, chez nous, en sommes-nous restés à… Qu’avons nous au fait?!!

Read my lips: isn’t it a great opportunity for you to make millions?

D’aucun comme Guevara m’accuseront de promouvoir les idées capitalistes occidentales. D’autres, plus pragmatiques, y reconnaitrons une volonté de ma part de sortir mes frères africains de la torpeur dans laquelle les colons et les religions prosélytistes les ont plongées. Des artistes tels P. Diddy, ou Jay-Z ont sorti le Hip-Hop des ghettos du Bronx pour le faire entrer en fanfare sur la Cinquième Avenue, et à Wall street. Vous pouvez leur vouer une haine féroce pour cela, les accuser d’avoir trahi le Hip-Hop et son message. Moi au contraire, je leur est reconnaissant d’avoir su “traduire” le Hip-Hop en une langue accessible aux masses.

Je leurs reconnais, pour ma part, l’opportunisme et le talent d’un authentique entrepreneur renoi: celui d’avoir pu entrer dans le Classement Forbes. What else?

3 Commentaires Eloge du hip-hop capitalism

  1. drew

    Moi — Americain, d’atlanta (actuale capitale d’hip-hop), ancien rapper quand j’étais plus jeune — je suis completement d’accord avec cette blog post. Le rap, depuis ses origines, est toujours incompris et également critiqué par chaque coté — par le droit, par les hommes poliques qui parle de l’erosion de la moralité (ca-veut-dire leur version de moralité)

    Et aussi souvent par le gauche, qui se plainde de la <> comme vous l’avez presenté ici.

    Mais personne ne comprende le milieu. Le rap, c’est en fair une forme de communication. En Rap, on parle de les faits plus que les rêves. L’argent est pouvoir. Tout le monde le sais, sauve certains des etudiants et leurs professeurs, confortante dans la moyenne classe. C’est une situation grave, injuste, et inhumaine, mais les gens défavorisés ne peut pas attendre une monde où tout est en regle et l’opportunité est garuntée pour tous. Il faut ganger.

    Répondre
  2. Marie Line

    « volonté de ma part de vouloir sortir mes frères africains etc  » N est ce pas un présomptueux de ta part ?
    Je pense par ailleurs que la majorité des rappeurs bling bling ne montrent pas vraiment qu ils sont des lumières. Rapper « wesh je veux grosse femme à poil et grosse bagnoles j aime aussi » les font plus passer pour des idiots qu autre chose. Le capitalisme, c est bien beau mais l intégrer dans ses chansons c est un peu hum de mauvais goût. (je suis de droite donc rien de politique dans mes propos). Le seul qui peut se le permettre sans que cela soit ridicule c est dr dre. Kanye a de beaux textes c est en dehors qu il a une attitude de (bouffon) capitaliste.
    Il n y a rien d intéressant à rapper sur sa richesse de manière générale. On sait tous que l on veut etre riche 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *