Grandir en étant noir dans un pays majoritairement blanc

Depuis que je suis en europe, j’ai toujours été fasciné par la différence de mentalités entre les jeunes noirs né et élevés en France, et ceux qui y sont arrivées après l’adolescence. Comment le fait de grandir en occident peut-il influencer la perception qu’on peu avoir de sa race ?

Selon le Dr Beverly Tatum, si vous grandissez dans une banlieue européenne ou américaine en étant noir, votre parcours ressemblera probablement à ceci :

  1. Entre l’âge de 1 et 5 ans : vous savez que vous différent des Blancs, mais vous ne vous considérez pas comme «Noirs». Tous les messages racistes sur les Noirs que la société fournit se déversent dans votre petit cerveau sans défense, totalement insensible à tout questionnement. Cela sème insidieusement les premières graines du racisme intériorisé: le racisme envers soi-même! Vous lutterez contre ce genre de choses le restant de votre vie – ou ferez avec.
  2. La pré-rencontre : vous savez que vous êtes noir, dès cinq ans ou même plus tôt; mais cela n’importe pas tant que ça. C’est un peu comme « être Irlandais » ou être un fan de Football ». C’est d’ailleurs ainsi que beaucoup de blancs imaginent ce que c’est qu’etre noir. Et c’est comme ça que ce sera vu dans la véritable société post-moderne.
  3. La rencontre : vous êtes confrontés à un moment où un autre au racisme d’une manière indubitable. À plusieurs reprises… La colère et la confusion suivent, puis le questionnement. Maintenant, être noir a une signification particulière pour vous. ça deviens l’un des aspects principaux de votre personnalité.
  4. L’immersion / émersion : Vous vous mettez à fréquenter les milieux noirs autant que possible. Vous regardez vos amis noir d’un regard nouveau. Vous vous mettez à apprendre tout ce que vous pouvez sur le sens de la négritude. Vous lisez, vous prenez des cours peut-être. Vous vous renseignez sur l’histoire des Noirs en Amérique, en Europe, en Afrique, désapprenez les mensonges…
  5. Internalisation : Les choses que vous avez apprises dans l’étape précédente deviennent une partie de votre identité, votre sens de qui vous êtes. Elles contribuent à vous défaire du racisme intériorisé inconsciemment acquis, vous fait vous sentir plus en sécurité et plus sûr de vous-même. Vous commencez à ressentir moins de colère et de ressentiment, et plus d’espoir, d’assurance, d’optimisme.
  6. Engagement : Vous pouvez maintenant aller au-delà vous-même, nouer de véritables amitiés avec des personnes d’autres races et recherchez le moyen d’aider d’autres noirs.

Après l’étape 6, vous pourriez retourner dans une période plus ou moins longue où la race n’aura plus tant d’importance que ça ( vous êtes de retour à l’étape 2) ! Mais tôt ou tard, une autre mauvaise rencontre avec le racisme surviendra – peut-être au travail ou à travers vos enfants – et vous repasserez à nouveau les étapes citées, mais cette fois avec un niveau supérieur de compréhension… Un peu si vous empruntiez un escalier, qui tourne en spirale tout en allant vers le haut. A chaque fois que vous passez par une étape, ne la percevez plus de la même façon.

En règle générale, l’étape de la première rencontre a leu au collège ou au lycée et la première étape d’immersion à l’université pour les enfants qui grandissent en Occident. Pour les autres dont je fais partie,  ceux qui ont été nés et élevés sur le continent africain, ces questions ne surviennent sérieusement que beaucoup plus tard, lorsqu’on immigre et entre réellement en contact avec d’autres races.

Vous pouvez rester coincé à n’importe quel stade. Certains n’ont même pas à traverser ces six étapes la première fois.

Le plus important à mon avis c’est de garder les relations que vous vous faites et les livres que vous avez acheté en passant certaines étapes, car vous en aurez besoin à nouveau en repassant par là.

Il ya des tonnes de livres sur la culture et l’histoire des peuples noirs – qui vous intéressera si vous êtes dans la phase d’immersion. Quelques-uns sont énumérés ci-dessous. Sans compter les centaines de blogs, sites webs aussi bien en français qu’en anglais.

[amazonshowcase_b0a43759fdd7d43c6903e62a40ccdaa7]

9 Commentaires Grandir en étant noir dans un pays majoritairement blanc

  1. kevin

    Je suis stupéfait par ton atittude et je ne suis pas d’accord avec toi que trop partiellement,d’abord parce que que la différence entre un noir intégré et un noir étranger est encore plus profond que cela mais les étapes que tu as cité paraissent logique,je ne dis pas que le noir intégré n’est pas exempt de racisme mais il est moins victime de racisme que le noir étranger parce que le racisme est quelque chose non seulement d’origine physique mais aussi économique d’une telle perversité,le noir intégré qui a une bonne situation financière est moins victime de racisme que le noir pauvre étranger en précarité financière, je ne vais pas entrer en profondeur ni faire des liens excessifs mais je pense qu’il est inutile de comparer le noir né et élévé en Europe et ceux d’Afrique car ce serait dire que le racisme est juste au niveau de la peau alors qu’il est d’abord lié aux préjugés ,aux habitudes aux comportements et à la situation sociale des acteurs ,les exemples parlent d’eux meme, meme comme il existe des exeptions
    j’espère m’etre fait comprendre du moins entendu
    bonne continuation
    etincellant

    Répondre
  2. Neo

    @ Kevin,

    On ne parle pas de la même chose. Toi tu sembles comparer le noir « intégré » ( équivalent à « Cadre supérieur » pour toi) qui a grandi en Europe au noir non-intégré (cad cueilleur de vignes) qui débarque fraichement d’Afrique. Déjà, on peut arriver d’afrique et s’intégrer immédiatement comme on peut demeurer en situation précaire en occident même si on n’a jamais mis les pieds en Afrique.

    Et je l’affirme, le racisme est bel et bien présent quelque soit le coté où l’on se trouve. Il ne se manifeste simplement pas de la même façon que tu soit ingénieur ou éboueur. Simplement, plus tu grimpes dans l’échelle sociale, moins les gens ont le culot de te traiter de « sale nègre » en face. Et c’est pas parce qu’une chose n’est pas dite qu’elle n’est pas pensée. D’autre part, c’est l’état d’esprit dans lequel tu te trouves qui définit ta réaction face au racisme. Et cela ne dépends pas de ta position sociale.

    J’espère m’être fait comprendre également :).

    Répondre
  3. Bias

    Ah la la, la vraie question c’est quel est le but : Se poser des questions existencielles ou faire au mieux ? On aura beau dire ce qu’on veut, on ne peut pas grimper sur 2 chevaux en même temps.

    Je trouve dommage que tu ne mettes pas plus d’articles axés sur l’économie ou les aspects géopolitiques, je pense qu’il y aurait beaucoup plus de choses à apprendre à ce niveau. Je sais c’est moins vendeur que les sujets sociaux mais ça reste plus intéressant à mon sens.

    Finalement, les articles changent mais l’argumentation est la même. Comme Kevin a dit, et comme je l’ai dit avant « Plus on s’élève économiquement, plus les portes s’ouvrent et cela quelque soit la couleur de peau ».

    A mon sens, ça ne sert carrément à rien d’axer le débat sur les noirs, c’est la même pour les « non blancs » en général. D’ailleurs, c’est la 1ère chose qui m’a frappé, ça va bien au-delà de la couleur de peau, on peut avoir la même couleur de peau mais ce sera la couleur de l’autre qu’on n’aimera pas, va savoir. Plus tu ouvres le débat, plus ton propos est crédibilisé, plus tu le fermes sur 1 communauté, plus tu t’éloignes de la réalité.

    On peut tenir un pari, dans les 10 ans, l’image du chinois pauvre sera radicalement différente et cela même dans les pays occidentaux, pourquoi à ton avis ?

    NB : Il n’y a pas de races mais juste des couleurs de peau et spécificités physiques entre les hommes.

    Répondre
  4. B.R.U

    je pense que les noirs qui sont nés et qui ont été élevés en Afrique ont une lecture plus claire du rapport noir-blanc que ceux qui sont nés en occident.Ils ne decouvrent pas ce rapport quand ils débarquent ici,parce que très tôt on leur parle de la colonisation et ses ravages,de l’esclavage et de la manière dont les noirs ont été traités par les occidentaux,donc ils savent que quand ils vont arriver en Europe ils seront confrontés aux préjugés et au racisme,qu’ils seront traités differemmnt parce qu’ils sont noirs.

    Mais ce qui est le plus choquant pour eux c’est le comportement et l’attitude des « noirs intégrés » à leur égard. Parce que ces derniers leur font comprendre,consciemment ou inconsciemment,qu’ils sont différents,qu’ils sont à un autre stade « d’évolution,genre moi je suis civilisé et toi t’es encore un sauvage ».

    C’est la réproduction du rapport antillais et africains: nous sommes tous noirs mais nous sommes différents.

    Je crois que ce sont les africains qui sont nés en occidents qui sont constemment en questionnement parce que dès le départ ils ont un problème d’identité: ils savent qu’ils sont différents des blancs,mais ils ne se considèrent pas comme noirs.Les africains nés et élevés en afrique ont dépasser ce problème depuis longtemps.

    Il est vrai que plus on s’élève économiquement plus les portes s’ouvrent,mais le racisme à ce niveau est plus subtil.

    Répondre
  5. Noir

    J’adhere completement a la vision de B.R.U ….
    Le rapport antillais /africains illustrent parfaitement le probleme.et je me permets de paraphraser l’ami B.R.U :plus on s’eleve dans la pyramide economique ,plus les portes.c’est aussi simple que ca
    Bonne journee et surtout bonne annee a toutes et a tous

    Répondre
  6. Davon Henry

    Je pense que ces six étapes sont valables aux Etats-Unis. J’ai mes réserves quant au découpage en ce qui concerne la France, le rapport entre « races » étant masqué tant que possible.

    Je rejoins complétement Néo sur l’aspect tardif de cette prise de conscience quand on ne vit pas en intéraction avec d’autres communautés (pour ne pas dire races). Ceci autant pour les Noirs qui immigrent dans villes à dominante blanche que pour des Blancs, qui ayant vécu dans de petit villes, se retrouvent soudainement confrontés à des membres d’autres communautés.

    Selon Bias, « Plus on s’élève économiquement, plus les portes s’ouvrent et cela quelque soit la couleur de peau ». Le problème est que, quand on est noir, les portes ont du mal à s’ouvrir et ne laissent passer qu’un nombre limité de personnes « de couleur. »

    La notion d’intégration est prise pour acquise pour beaucoup. C’est quoi être intégré? Travailler en costar? Ne pas vivre dans une banlieue? (comme si c’était un choix) Avoir un salaire décent? Pourtant les Français pauvres sont intégrés.

    Comment expliquer que les Antillais et Français d’Outremer en général aient à s’intégrer? Il sont Français. Si la couleur de peau n’est pas l’objet d’exclusion qu’est-ce donc? Quand bien même les habitudes de vie seraient différentes. [Attention stéréotypes à suivre] Demande t-on à un Dunkerquois de s’intégrer en mangeant moins de frites et bierres pour s’intégrer? À un Camarguais de travailler son accent pour s’intégrer?

    NB: Lorsqu’on aura trouvé un substitut à « racisme » autre que xénophobie (insatisfaisant dans beaucoup de cas) je pense que « race » sera à éradiquer. En attendant, son usage devrait être source d’interrogation plutôt que de tentative maladroite d’abrogation.

    Répondre
  7. Nyala

    J’en suis à aucun de ces stades, c’est vrai que j’ai été confronté à des comportements condescendants mais bon c’est eux même le problème. Et puis « sale negre » et alors ? Ca fait des années que je sais que je suis noire et j’assume.
    Ca me fatigue les vieilles rengaines Colonisation, esclavage et guerres. A ce que je vois, ca fait 50 ans que vous êtes independants sur les traités mais beaucoup ne sont pas independants dans leur tête.

    Répondre
  8. kotazo

    Désolé, mais je partage un autre point de vue.

    Plus on monte dans l’échelle sociale, plus on nous mets des bâtons dans les roues. Étant moi même noir français, diplômé, je pense savoir un peu de quoi je parle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *