Je suis amoureux…

the element of surprise

J’ai récemment eu une illumination. Je ne saurais dire comment elle m’est venue exactement. Ce que je sais par contre, c’est que j’me suis exprimé la même façon qu’Archimède s’est écrié « Eurêka ! » dans son bain ! Sauf que dans mon cas, je ne venais pas de comprendre une loi physique, mais une loi que je qualifierais de spirituelle ; celle de l’amour.

L’amour humain est souvent possessif envers autrui. Quand on aime, on est attaché à sa femme, ses enfants, ses biens matériels. Cet amour est bien entendu sincère en ce qui concerne ses proches, ou ses biens et cela est mieux que de ne pas en avoir du tout, mais cela devient inévitablement emprisonnant. En effet, imaginons une personne très attachée à un proche, et que ce dernier décède brutalement, ou le quitte. Cela va engendrer chez cette personne un puissant choc émotionnel, et une souffrance insupportable. Et pourtant, en regardant objectivement tout ce qui nous entoure, il est évident de constater que la « fin » de toute chose est inévitable. Or Si l’équilibre d’une personne est dépendant de conditions extérieures (comme par exemple avoir une belle maison, une belle voiture, être en couple, etc.), et qu’un seul élément de cet équilibre précaire disparaît (cela arrive inévitablement), cette personne risque de souffrir, et entraîner par la même occasion son entourage dans la souffrance qui en résulte. De ce constat, j’en suis arrivé à une conclusion simple. La solution pour s’affranchir de la souffrance (qui résulte de l’ignorance), est de s’engager courageusement dans une voie d’intériorisation : le détachement absolu.

Le détachement émotionnel et matériel est indispensable pour celui qui veut s’élever vers la plénitude de son esprit (et connaitre le véritable amour).

Et je me suis rendu compte que j’étais complètement détaché…de tout. J’ignore si je l’ai toujours été inconsciement ou bien si je le suis devenu avec le temps. Toujours est il que la différence entre le détachement et l’indifférence est fondamentale. L’indifférence est un manque de compassion pour autrui. Tandis que le détachement c’est juste une absence d’émotions négatives. Une impossibilité de détester autrui, peu importe ce qu’il a fait.

Celui qui est détaché aime TOUT, de tout son cœur. Emploie ses ressources à laisser le monde (et les gens qui le composent) meilleur que l’état dans lequel il l’a trouvé, dans une attitude purement gratuite et désintéressée.

Celui qui vit dans l’amour universel ne culpabilise personne, n’impose jamais sa propre logique à personne, ne cherche pas à influencer autrui, ni à posséder autrui. Il a toujours un comportement encourageant pour tous, sans rien demander en retour. C’est un esprit LIBRE qui infuse ce même esprit de liberté, avec intelligence et discernement, à tous. L’amour universel et le détachement vont de pair.

C’était mon Eureka !

Neo.

 

PS : Je réalise au fil de mon introspection philosophique que je ne suis pas « seul » sur le chemin.

2 Commentaires Je suis amoureux…

  1. titicaca

    Tu as tout compris frérot!
    L’amour est un sentiment souvent destructrice (ce qui est négatif), sans attachement on atteint la plénitude…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *