La dette c’est de l’esclavage…et neuf choses que j’aurais aimé apprendre de mes parents a propos de l’argent

Un de mes objectifs pour les trois prochaines années est d’écrire un livre sur l’économie et les finances personnelles s’adressant aux jeunes africains. J’ai envie que ce soit un outil pratique rempli de bons conseils sur le fonctionnement macro et micro-économique de notre système tout en explorant le côté de l’entrepreunariat et de la gestion des finances personnelles. Le vrai truc, c’est que je veux que ce soit un livre court – sans détour, pas de jargon technique, pas de remplissage inutile – et ça ce n’est pas le genre de chose qui peut intéresser la plupart des éditeurs. Malheureusement (ou heureusement), de nombreux auteurs ont déjà écrit des livre passionnants et qui ressemblent à peu près à ce que j’a en tête, à la seule différence près que ce sont pour la plupart des livres écrits par les occidentaux, et pour les occidentaux. Michael Mihalik est l’un d’eux!

Son livre (en anglais) Debt is Slavery: and 9 Other Things I Wish My Dad Had Taught Me About Money fait à peine 88 pages et est rempli de conseils judicieux sur l’argent. Comme moi, Mihalik a fait des choix financiers dans sa jeunesse, et il lui a fallu des années pour se remettre de ses erreurs. Son livre est un condensé de tout ce qu’il a appris sur les finances personnelles. Si vous avez lu mon précédent article « Rich Dad Poor Dad« , alors les leçons Mihalik ne vous seront pas étrangères. N’empêche qu’il a fait un excellent travail de présentation de chacun des points qu’il a abordé.

S’il faillait retenir quelque chose de ce livre, voici les dix leçons que l’auteur aurait souhaité apprendre quand il était jeune:

  1. La dette c’est l’esclavage. Mihalik discute des notions de « dette garantie » et « dette non garantie » : les cartes de crédit, les hypothèques, etc. Il explique comment travailler pour rembourser ses dettes c’est sensiblement de l’esclavage: vous travaillez parce que vous devez le faire. M’étant moi même endetté de plusieurs milliers d’euros pour financer mes études supérieures, j’en ai appris quelque chose. Une fois le diplôme obtenu, la pression est tellement forte qu’on en arrive à accepter n’importe quelle offre d’emploi merdique uniquement pour pouvoir rembourser son crédit.
  2. L’argent c’est le temps. Je parlais déjà de ça dans mon post « Je n’ai pas le temps » ou cet autre article. Ceux vivent dans les pays développés sont déjà familiarisés à ce concept : la richesse que représente le temps. Chaque fois que vous achetez quelque chose, vous ne faites pas que dépenser de l’argent dessus – vous êtes littéralement entrain de dépenser du temps. Du temps qu’il vous a fallu pour acquérir cet argent. L’argent est une représentation du temps travaillé, et si vous achetez des choses inutiles, vous êtes en train de gaspiller des heures de votre vie. Il y a pire encore : lorsque vous payez pour une activité qui va vous faire perdre du temps…
  3. La possession est une prison. C’est un concept que j’ai récemment commencé à comprendre. je procède fréquemment à un vide-armoire dans mon appartement. J’ai appris à me détacher peu à peu des biens matériels. Ce fut douloureux au début, mais c’est devenu libérateur avec le temps. Tandis que la plupart des gens dès qu’ils commencent à toucher un salaire s’achètent un écran plasma, une voiture, etc… Je ne m’intéresse à rien de tout ça. Aujourd’hui, l’essentiel de mes objets de valeur tient dans un petit carton. je me sens libre… je peux quitter la France et partir au bout du monde du jour au lendemain. Mihalik présente dans son bouquin quelques règles simples pour contrôler les choses dans sa vie – et ils sont plus qu’excellents.
  4. Ne laissez pas la publicité vous laver le cerveau. J’ai déjà écrit sur le pouvoir insidieux de la commercialisation et le fait que l’occidental moyen est exposé en moyenne à 3000 messages publicitaires par jour . Seth Godin, le gourou du Marketing aux USA a même écrit un remarquable livre dessus. Mihalik dénonce la grande Machine du Marketing et sa volonté de nous maintenir au crochet de la mode et du statut social. Je n’irais pas jusque là mais bon! Je ferais prochainement un article dessus.
  5. L’argent achète la liberté. L’argent ne permet pas d’acheter le bonheur, mais il permet d’acheter la liberté. L’argent peut vous donner plus d’options. Ce concept est étroitement lié au paragraphe des « biens sont une prison ». En lisant ce paragraphe, ça m’a immédiatement fait penser à La semaine de 4 heures de Tim Ferris (que je passerai aussi en revue rapidement un de ces jours… Teins!ça commence à faire beaucoup 🙂 ).
  6. Ne vendez pas votre âme pour un salaire. L’argent ne devrait pas être votre principale motivation dans le choix de votre carrière. Considérez plutôt l’intérêt du métier, les possibilités d’apprentissage, et les valeurs personnelles que vous tirerez de ce travail. Essayez de trouver un travail que vous aimez.
  7. Possédez. Mihalik admet cet avis peut sembler être en contradiction avec son idée précédente selon laquelle les biens matériels sont une prison. « Les biens qui sont sources de dépenses nous emprisonnent », écrit-il (en écho aux conseils de Robert Kiyosaki). »Les biens qui sont sources de revenus nous libèrent. » N’achetez pas des choses qui vous coûteront encore de l’argent à l’entretien comme les voitures – au contraire, investissez votre argent dans des choses comme des fonds de placement et l’immobilier; des choses qui rapportent de l’argent au lieu d’en consommer.
  8. Dépensez moins que ce que vous gagnez. Que puis-je dire à ce sujet? C’est la loi fondamentale de la richesse. Peut importe combien vous gagnez, ce qui compte c’est combien vous gardez. Mihalik explique comment atteindre cet objectif en apprenant à controler vos dépenses.
  9. Économisez 50% de votre salaire. C’est le conseil le plus ambitieux de son livre, mais je l’aime bien parce qu’il parle des immigrés ;). Mihalik écrit: « Vous êtes vous déjà demandé comment les gens qui immigrent aux États-Unis peuvent arriver ici, occuper un emploi peu rémunéré, et ouvrir leur propre entreprise cinq ans plus tard? Comment peuvent-ils faire cela en gagneant juste le salaire minimum, alors que vous vous n’y arrivez pas, et pourtant vous gagnez bien plus que le salaire minimum ? Ils économisent ! Ils économisent 50% ou plus de leur salaire. Ils ne contractent pas de dette, ils travaillent dur et font d’énormes sacrifices, afin de pouvoir acheter leur propre entreprise et controler eux-même leur destinée financière. « 
  10. Contrôlez votre argent. Dans le dernier chapitre du livre, Mihalik établit une méthode pour réaliser tous ces objectifs. Il explique comment éliminer ses dette, réduire ses dépenses, et se créer un plan financier.

Enfin, Mihalik exhorte ses lecteurs à commencer dès maintenant!

La dette c’est l’esclavage est un livre sur la gestion financière de sa vie, l’un des meilleurs que j’ai lu jusqu’ici. Ce livre n’est pas destiné à ceux qui sont déjà totalement indépendant financièrement. Il s’adresse à des gens qui sont dans les premières étapes de l’apprentissage de la gestion de leurs finances personnelles. Si vous avez du mal à joindre les deux bouts, si vous travaillez uniquement pour payer les factures, et vivez à la limite de vos moyens, alors ce livre est parfait pour vous…à condition de lire l’anglais bien-sur! Je pense aussi que c’est un excellent choix pour les jeunes diplômés comme moi qui entrent tout juste dans la vie active. De toutes les façons, je préfère faire travailler l’argent pour moi que travailler pour de l’argent. Et vous ? vous ferez quoi de votre premier gros salaire ?

3 Commentaires La dette c’est de l’esclavage…et neuf choses que j’aurais aimé apprendre de mes parents a propos de l’argent

  1. Souleymane

    J’aime la manière dont vous expliquez les choses de manière simple. Nous sommes abrutis par tout ce qui nous entourent: pub, travail, facture, utilités réelles et le plus costaux qui est notre ego. Vous, j’ai l’impression que vous vous êtes arrêté un instant, puis vous êtes monté sur une table et vu du haut, ce qui ce passe tout bas.

    Répondre
  2. Maura

    Votre article m’a suffisamment convaincue pour que je m’empresse d’acheter le livre de Mihalik. Je suis une jeune femme noire me lançant dans une formation de management, et les conseils de cet auteur me paraissent autant utiles pour mes propres besoins, que pour les besoins de mes proches (très peu doués pour la gestion des finances).

    Une mention pour vous et votre blog vraiment très intéressant, dont je commence à peine à lire les articles, et qui est déjà très instructif. Bonne continuation et merci.

    Répondre
  3. Neo

    Bonjour Maura,

    Et merçi du compliment. Je suis content que mes articles puissent t’apporter quelque chose d’utile. Bon courage pour ta formation (et tes projets)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *