Partir à l'étranger n'est pas une fin en soi.

« Peter Estinoff a dit un jour : une surabondance de rêves s’accompagne malheureusement d’un nombre croissant de cauchemars »

Aujourd’hui, la plupart des gens en Afrique voient un départ à l’étranger comme un raccourci vers le chemin du succès. Ce qui est tout à fait légitime ! Nous vivons dans le paradigme africain du fils prodige qui après quelques mois en Occident, même en travaillant illégalement, parviens à engranger un pactole suffisant pour bâtir des villas au pays ou à envoyer de temps en temps des Western Union pour nourrir toute une tribu. Voilà qu’on a vite fait d’oublier le fait de travailler dur, de se fixer des objectifs, planifier, innover, imaginer son propre futur… Nous avons réduit la réussite à un seul mot : l’immigration. Cette recette miraculeuse qui va tout changer d’un coup de baguette magique, qui va nous permettre d’accéder à l’olympe des grands du continent, symbolisé par des voitures d’occasion luxueuses importées d’Allemagne, des propriétés immobilières dans les plus beaux quartiers des capitales africaines…

J’entends beaucoup de jeunes africains qui, lorsqu’on leur demande ce qu’ils veulent faire de leur vie, répondent « partir à l’étranger ». Mais ça signifie quoi exactement « partir »? Veulent-ils être comme ces entrepreneurs, faire du business de l’import-export ? Ont-ils déjà une idée de leur marché ? Veulent t-il juste étudier dans les meilleurs universités ? Si oui, dans quel domaine ? Pour travailler dans quel genre d’entreprises ? Lorsqu’on les interroge sur les détails, ils n’ont en général aucune idée de ce qu’ils veulent ni de comment ils comptent l’obtenir. La seule chose dont ils sont certains, c’est que « l’herbe est toujours plus verte ailleurs ». En d’autres termes, l’occident est de toute façon toujours mieux que l’Afrique.

Partir d’un pays pauvre d’Afrique pour s’installer en Europe (ou en Amérique) est un but fantastique. C’est bien beau de rêver. Cependant, indépendamment de ce qui est observé, les choses ne sont pas aussi simples. Mais c’est une illusion de croire que tes problèmes vont miraculeusement se résoudre à la descente de l’avion. Tant de jeunes de ma génération semblent penser que le succès c’est quelque chose qui arrive juste comme ça. Que c’est le résultat d’un alignement chanceux des étoiles, d’une grâce divine. Ça ne va pas te tomber dessus tout seul, ce n’est pas le fruit du hasard. A aucun moment, les choses n’arrivent par hasard…ou de façon irrationnelle. Comment de fois ai-je vu des gens faire des neuvaines de prières, des visites chez les marabouts, des sacrifices aux ancêtres etc. tout ça simplement dans l’espoir que leur demande de Visa soit acceptée. Comme si ce sont les Esprits qui décidaient ou non de leur octroyer ce fameux sésame. Ce fameux sésame vénéré par les jeunes, tellement il est difficile à obtenir dans les ambassades. Et pour cause ! Tant de jeunes grandissent avec des rêves, mais sans aucun plan. J’ai rarement entendu quelqu’un dire « je prévois d’aller en Angleterre, obtenir un Phd d’une des meilleures facultés de médecine, et puis démarrer mon propre cabinet Londonien de dermatologie spécialisé dans les peaux noire parce qu’il ya là un marché potentiel sous-exploité ». Ça c’est un objectif, ça c’est une carrière, ça c’est un plan. Il faut toujours avoir des plans dans la vie. Même si tu veux être un coiffeur ou un commerçant, ouvrir une boutique, apprends à établir un plan d’affaires, étudies des choses sur le domaine dans lequel tu veux te lancer avant d’ouvrir ton commerce, apprends le maximum sur le pays qui t’intéresse avant de demander le visa, au lieu de penser aux Western Union que tu enverras. Qu’il s’agisse de créer un salon de coiffure ou d’un restaurant, d’immigrer au Canada pour ses études, tout projet demande réflexion, préparation, planification.

Je connais beaucoup qui n’ont pas de direction pour leur vie, pas de but réel, pas de véritable stratégie, à part une vague idée de ce qu’ils feront plus tard. Comme beaucoup d’entre nous, ils se contentent d’attendre que quelque chose arrive, par miracle. C’est comme si tu ouvrais un commerce sans vraiment y réfléchir, et puis te mettais à prier pour que les gens le fréquentent. De même, rien ne sert après avoir engagé des procédures pour un visa, d’attendre en espérant qu’un miracle se produise.

« Ouais c’est ça ! Tu parles ainsi parce que tu y es arrivé » Me dirons certain ».

Mais ne vous méprenez pas sur mes paroles. C’est clair que beaucoup d’entre nous ne sont pas tout à fait sûr de ce qu’ils veulent faire. Moi-même, il m’a certainement fallu beaucoup de temps et je ne suis même pas encore tout à fait sûr trouvé ma voie. Cependant, je me suis toujours arrangé pour me placer de telle sorte que quand je déciderais finalement de ce que je veux faire, je sois le mieux préparé possible. L’Education est la clé de l’excellence, peu importe dans quel domaine tu veux être. Et il ne s’agit pas toujours d’avoir fait des études supérieures. D’ailleurs je suis de ceux qui pensent que la véritable éducation est celle d’autodidacte. Avoir eu une expérience en apprentissage, des stages, ou tout simplement un mentor peuvent te préparer à démarrer des projets avec quelque chose de plus que des rêves.

Par exemple, bien que je sois dans l’une des meilleures écoles françaises, Je m’intéresse de près à l’économie américaine, et je travaille dans une multinationale française très présente en Afrique ; juste au cas où. Vous me suivez?

Tu ne peux pas travailler à atteindre un objectif si tu n’en as pas un. Nous passons plus de temps à rêver à attendre le Messie, qu’à s’instruire, travailler, apprendre sur le terrain, se perfectionner, innover. Innover ? Notre génération d’africains n’a pas encore tout à fait intégré le concept de l’innovation (Bien qu’il ya ait quelques exceptions remarquables). Nous africains sommes tellement familiers de gouvernements despotiques, de cadres d’entreprises et de fonctionnaires corrompus, que nous ignorons réellement comment la plupart des gens au sommet de la société en arrivent là. Nous ignorons la signification des mots R&D. Pour beaucoup de jeunes africains, il n’y que deux moyen d’arriver au sommet : devenir fonctionnaire et faire de la politique, ou bien s’exiler à l’occident pour y profiter des richesses. Une étude récente a d’ailleurs révélé que la fonction publique était le rêve de neuf jeunes africains sur dix. Pathétique ! Après, on se demande pourquoi nous sommes à la traine ?

Alors la prochaine fois que tu sortiras cette phrase fétiche « Je veux avoir un visa pour partir en Europe », demandes-toi ce que cela signifie? Veux-tu simplement venir gouter au confort de l’occident ou venir grossir les rangs des jeunes diplômés au chômage en Europe ? Veux-tu venir vivre de petits boulots en attendant de t’installer et faire venir toute ta famille? Veux-tu te constituer un capital pour rentrer investir chez toi ? Ce n’est que lorsque tu auras identifié le domaine, le plan de carrière qui t’intéresse, que tu pourras commencer à concevoir et à mettre en œuvre un plan pour ta vie vie. Il n’y a rien de mal à rêver. Mais les rêves couplée à l’inaction garantissent pratiquement que tes rêves demeurent juste ce qu’ils sont : des Rêves. Et quand tu as des rêves, et aucun plan, tu te mets à faire des choses pour les substituer à la réalisation de ces rêves. Comme immigrer clandestinement, comme accumuler les mauvaises expériences et les frustrations. Si tu n’as pas réalisé tous les rêves que tu avais, au moins tu parais heureux. Une grande villa au pays un gros 4x4et des fringues de luxe ne devrait pas être tes objectifs, ils devraient être le résultat de l’atteinte de tes objectifs.

Permettons nous donc de rêver grand, mais ayons aussi des grands objectifs et agissons en conséquence. Bien que les gens qui retournent souvent en Afrique fassent penser à ceux restés sur place que le succès en occident est facile, rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Quelle que soit l’étape à laquelle vous vous trouvez, vous devriez toujours avoir un plan de réussite. Et dans cette ère de mondialisation, dans ce monde globalisé, il est plus important que jamais que nous encourageons les jeunes à avoir un plan et des objectifs clairs. Même si tu changes 10 fois de plans, au moins tu fais des progrès vers l’avant et ne focalises pas uniquement sur les rêves inutiles de grosses voitures, de grandes maisons et des vêtements de marque. Comme beaucoup de ceux qui sont ici en Europe le savent, un permis de séjour peut t’être retiré du jour au lendemain. Mais ton éducation, tes compétences et ton aptitude à bâtir des plans de réussite sont acquises pour toujours.

8 Commentaires Partir à l'étranger n'est pas une fin en soi.

  1. Ollie56

    Finalement du bon sens : non, l’herbe n’est pas toujours verte de l’autre coté.
    Je me tue a répéter aux membres de ma belle-famille Camerounaise que venir en Europe n’est pas nécessairement la panacée et qu’il ne faut pas croire que l’or se ramasse a la pelle: il faut travailler extremement dur pour cela.
    Certes, il est permis de rever mais il faut se méfier des racontars des gens qui reviennent au pays et qui préféront mentir plutot que de dire la réalité et la dureté de la vie en Europe.
    Je deviens alors celui qui ne veut pas faire profiter sa famille mais s’il ne tenait qu’a moi, j’aimerais qu’ils goutent aux « délices » de l’Europe.

    Répondre
  2. Paul RUNIGA

    Paix du CHRIST!!!

    Bel article, je tiens a remercier l’auteur.
    Eh oui, l’Europe ce n’est pas l’eldorado ou on vit au paradis… ou l’argent se ramasse et amasse aisement. Il faut travailler, que dis – je, durement travailler. Moi, j’ai eu l’opportunite de terminer mes etudes superieures ici en Europe, je travaille au bureau dans une grande societe internationale et, O ironie, je ne parviens meme pas a epauler ma famille au pays. Quand je leur explique que je parviens a peine a nouer les deux bouts du mois ils ont des difficultes a me croire. Eh oui, c’est ca l’Europe… ton salaire est calcule d’avance.

    Ton article est edifiant… il faut rever et avoir des plans.
    Depuis un certain temps je reve de mon propre business dans le domaine sportif (Afrofitness); ce domaine est sous exploite ici ou je vis. Sait – on jamais.
    Bonne journee et bcp de bonnes choses a notre chere Afrique.
    Salve…

    Répondre
  3. gaza

    je n’ai pas souvent l’habitude de réagir sur les sites web des Mbenguistes , Mais la je suis choqué par certains propos de celui qui se presente comme etudiant dans une des meilleures Universités Francaises
    Je trouve que dans ton argumentation tu melanges tout . Tu conseilles aux jeunes africains d’avoir un Plan : Mais l’exemple que tu donnes c’est exactement ce qui contribue a notre retard dixit « faire un phd pour ouvrir un magasin de cosmetiques a Londres » Rien que ca ? Pour toi c’est un Plan? et quand tu auras fini de faire l’argent a Londres et que ta communauté a Babouantou n’aura pas d’eau Potable , A quoi cela t’aura t’il servi?
    et meme il fo relativiser les plans beaucuou de success aujourdhui sont nés des idéesqui n’avaient pas toujours été planifiées au depart : facebook , ebay etc sont a la base des reves qui se sont mués en success .
    C’est une ecole tres francaise que de planifier tout . Ce n’est pas un hasard que le « learning by doing » est un concept anglosaxon.
    J’ai l’impression d’avoir devant moi qd je te lis ces pseudo intellos Camerounais . Chaque fois qu’il faut faire une route il faut une etude qui fera 1 an pour PLANIFIER . Non nous en Afrique on a besoin de faiseurs ce sera plus benefique pour nous que desplanificateurs

    Le MEc qui va en EUrope sans plan au depart et qui finit par venir Creer quelque chose pour IMPACTER sa communauté est bien plus benefique pour son continent , pour son pays que toi qui travaille dans une sociéte Francaise bien implantée en AFRIQUE , qui je suppose pille nos richesses
    Tout ce que tu as reussi a nous demontrer c’est que tu as bien planifié ta vie , pour toi et pour ta famille . Ca n’a pas d’interet pour nous autres.
    Je Sens bien le jeune africain qui a lu quelques bouquins de developpement personnel et qui croit avoir trouvé la lumiere

    Répondre
  4. Neo

    @ Gaza,

    Apprends à lire. Je n’ai pas parlé de créer un commerce de cosmétiques mais un CABINET DE DERMATOLOGIE. Toi tu me parles de ta tribu de Babouantou. Qui te dis que tout le monde se soucie de sa tribu? SI tu lisais d’autres articles, tu verrais que je parle de l’évolution de notre propre identité par rapport au contexte. Je peux me sentir plus concerné par les problèmes des afro-américains ou des palestiniens que par ceux de ma « tribu » en Afrique.

    Et avoir un plan ne signifie pas toujours s’y tenir. Comme disait un général américain de l’académie militaire de Westpoint, « aucun plan ne survit au contact avec l’ennemi ». Il ya beaucoup trop d’imprévus et de paramètre incontrôlables. Avoir un plan permet simplement d’avoir un fil conducteur, d’avoir ce que toi tu appelles un « rêve ».

    C’est également une habitude franço-africaine d’improviser tout, ou bien d’attendre que les autres viennent IMPACTER leur communauté.

    Chez, toi, je sens bien le jeune africain pour qui la seule chose qui l’intéresse c’est ce que les autres peuvent lui donner à bouffer.

    Répondre
  5. gaza

    @ Franchement sil faut aller en france pour ramener le debat à ce niveau je dirai comme quelqu’un que « L’afrique Noire est mal partie » . Tu fais une focalisation sur les mots Commerce de cosmetiques ou cabinet de Dermatologie au fait si tu n’arrives pas a comprendre ce genre de métaphores Bref passons
    Ce qui est genant c’est que dans ton Post tu donnes des lecons a ceux qui n’ont pas de plan , sauf toi et Pis encore tu n’est pas concerné par les affaires de ta tribu? tu est devenu quoi un blanc ? non mieux un palestinien ? la on a touché le bas du bas et tu appelles ca « evolution de l’identité  » je comprends a force de vivre dans un pays ou on stigmatise ta peau , du coup tu est prends le parti de ceux qui t’opprime? fais moi rire « Je suis black et je n’aime pas le manioc »
    laisse moi te dire tu est Noir , tu ne seras jamais blanc ou palestinien meme si tu adheres au HAMAS et les afro americains dont tu te sens si proche cherchent aujourdhui leurs racines en AFRIQUE . Au fait tu as dit AFRO-americain? Jeune homme etudie toi ta chose , gagne ton pain , laisse nous qui allons chez les blancs sans business Plan

    Répondre
  6. Neo

    @ Gaza,

    Décidément, nous ne parlons pas la même langue. A quoi bon…

    Pour toi, « THE PLAN » se résume aux affaires de ta tribu. Tant mieux! Sauf que… Le gouvernement chinois qui t’octroie la bourse d’étude n’en a rien à cirer. Sauf que l’ambassade des USA où tu as déposé ta demande de visa n’en a rien à branler. Sauf que l’ambassade de France s’en tamponne le coquillard… alors, va raconter ton « learning by doing » là et tu verra la réponse.

    Et pour répondre à ton commentaire précédent, la légende veux également que Google, ou Facebook et consors soient nés de rien. Mais ce que tu ignores c’est qu’il y a certaines conditions qui doivent être réunies pour ce que genre d’idée éclose. Ce que tu ignores c’est que MBA « entrepreunariat » est une filière UNIQUE à l’université de Standford. Que ces géants ne seraient jamais nés sans les fonds de capital-risque (eux même UNIQUES) qui y ont misé des millions dès le départ, sans les enseignants et la labos de recherche ultra financés, etc… Continue de croire que Facebook n’a pas été planifié au départ… Google est ton ami. Une petite recherche te donnera les ambitions de Facebook pour les 10 prochaines années.

    Continues donc de rêver que tu vas rester à Babouantou et changer les choses. Tu ignores qu’un chercheur du fin fond de son labo en Norvège peut aider mille fois plus ta tribu que tu ne le fera jamais. TU ignores que ce n’est pas forcément celui qui cries le plus fort « j’aime Babouantou » qui fait quelque chose pour les babouantou.

    Répondre
  7. gaza

    LE MEILLEUR PLAN C’EST DE N’AVOIR PAS DE PLAN
    Bon je veux vraiment mettre fin a cette discussion en précisant deux choses : Je suis né a babouantou , peu Importe je suis bantou et fier de l’être ; Je ne suis pas diplomé d’une des meilleures Universités françaises . mais je sais lire au moins et si tu veux savoir , Même dans la foret de babouantou , « j’ai lu Rich DAD , Poor Dad » Et Ces petits bouquins de développement personnel qui sont devenus des livres de chevet pour toi. mais ces bouquins ont leur limites . Alors je vais te donner un peu de lecture , Les mecs que tu critiques qui vont en Europe sans Plan Peut etre qu’il sont dans le vrai si tu lis ceci : http://zenhabits.net/no-goal/
    En passant a Babouantou je lis AUSSI anglais , je ne doute pas qu’étant un intello de haut vol tu considèreras aussi cet autre son de cloche et peut etre que tu nous fera un Post la dessus
    Tchuss

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *