Pourquoi les femmes américaines travaillent-elles plus que les européennes?

Ce n’est un secret pour personne. Les américains travaillent en moyenne 30% de temps en plus que les européens. Ce qui n’était pas le cas dans les années 70 où les européens travaillaient plus que les américains. Les femmes n’échappent pas à cette règle.

Les économistes Indraneel Chakraborty et Hans Holter ont trouvé un explication à toutes ces heures supplémentaires travaillées par les femmes Américaines par rapport à leurs consoeurs Européennes: les taux de divorce (et les taux d’imposition). Voici leur théorie:

Nous pensons que c’est parce que le mariage offre une garantie sociale implicite, car les conjoints sont en mesure de partager leurs revenus. Toutefois, si les taux de divorce sont plus élevés dans une société, les femmes ont une plus grande incitation à obtenir une expérience professionnelle au cas où elles se retrouveraient seules dans l’avenir.  Les femmes européennes n’envisagent pas de divorcer aussi souvent (du moins, comparées aux femmes américaines) et trouvent donc moins de raisons de se prémunir en travaillant autant que les femmes américaines.

Chakraborty et Holter utilisent les données sur le marché de l’emploi aux États-Unis et en Europe pour exécuter un modèle de tester leur théorie, leurs conclusions sont intéressantes:

Nous trouvons que les mariages stables conduisent à une réduction de l’offre de travail. Tant dans les données que dans le modèle, l’effet est plus important sur la marge extensive, c’est à dire le choix des femmes de travailler ou non. Dans notre économie hypothétique, si la stabilité des mariages aux États-Unis étaient les mêmes que dans les pays européens, elle expliquerait 24% de la différence de temps de travail des femmes dans les deux pays. Lorsqu’on  introduit le systèmes de taxations du travail européennes, nous sommes en mesure d’expliquer 43% de la variation.

Les auteurs soulignent aussi que les américains ont commencé à travailler plus dans les années 1970, à peu près au moment où les États-Unis commençaient à adopter des lois facilitant les procédures de divorce et bien avant l’Europe n’ai commencé à adopter de telles lois.

Leur théorie est intéressante, mais je ne pense pas qu’elle tienne suffisamment la route. Les Européens travaillent moins en raison de la structure de la législation du travail dans la plupart des pays européens qui assurent la sécurité de emploi et offre une très forte protection aux employés. En gros, vous ne pouvez pas être facilement viré, il y a des limites au nombre d’heures supplémentaires faisables, la facturation+taxation des heures supplémentaires sont élevés élevé, de telle sorte que les entreprises ont peu d’intérêt à y recourir. Je dirais que ce sont ces facteurs plutôt que les « mariages plus stables ».

Les gens en Europe ne travaillent pas autant simplement parce qu’ils n’ont pas à le faire. De plus, l’Europe grace aux systèmes sociaux plus généreux, offre un meilleur accès à la santé et à l’éducation, possède un système de transports publics très développé et un urbanisme qui allège considérablement le cout de la vie quotidienne.

Par ailleurs, le taux de divorce est plus faible en Europe, non pas parce que plus de mariages sont heureux, mais parce qu’il y a moins mariages. Dans la plupart des pays d’Europe, il est possible d’avoir tous les droits (ou du moins une grande part) liés statut du mariage sans être mariés, et de nombreux couples vivent maritalement avec leurs partenaires sans être officiellement mariés. Pas de mariage signifie pas de divorce et donc un taux de divorce officiel globalement bas.

4 Commentaires Pourquoi les femmes américaines travaillent-elles plus que les européennes?

  1. AfroeuroBoy

    So true, you got it well analysed. Their findings were their own wishful thinking. They undermined the structures that Europe has in place to give its citizen some level of security and started chasing invisible reasons :)))

    Répondre
  2. AfrokanLife

    Analyse très juste. Que veux-tu dire par « le taux de divorce est plus faible en Europe, non pas parce que plus de mariages sont heureux, mais parce qu’il y a moins mariages. » Le nombre de mariage détermine le nombre de divorce mais pas le taux de divorce. Ce taux dépend d’autres facteurs comme le fait que les divorces soient plus simple, plus accepté, plus économique etc. dans une société plutôt que l’autre.

    Répondre
    1. Neo

      Je voulais justement dire que les européens on plus tendance à vivre maritalement (sans jamais se marier officiellement) qu’ailleurs. Du coup, un couple qui se sépare après des années de vie commune sans jamais s’être marié ne rentre pas dans les statistiques de divorce. Ce qui fausse quelque peu les chiffres.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *