Tour d’horizon des métiers du web

Depuis que je me suis en mode « startup », il ne se passe pas une semaine sans que je ne rencontre un candidat à l’emploi dans le milieu du web. Il s’agit la plupart du temps de jeunes étudiants/diplômés, ultra motivés, mais qui paradoxalement en savent très peu sur ce milieu qui les fait tant rêver. Combien de fois j’ai croisé des « développeurs » (ou qui se présentaient comme tels) mais étaient incapables de citer un CMS ou un Framework connu. Ou alors des web designers qui ne connaissaient que Photoshop et n’avaient aucune notion de HTML ou CSS. Du coup, je crois qu’un petit tour d’horizon rapide s’impose, à l’attention des jeunes aspirant entrepreneurs (ou salariés) dans le domaine de l’informatique.

Il existe 3 grands groupes de métiers sur le web :
1. Le développement frontend (Graphisme, webdesign…)
2. le développement backend (programmation, admin système…)
3. les métiers annexes (rédaction, référencement…)

Le graphiste/infographiste : la beauté est dans le visuel.

coloriage

Le graphiste est avant tout un dessinateur. Pour prendre l’exemple de la conception d’une voiture, le graphiste c’est celui qui dessine (sur papier ou sur ordinateur) la maquette de la future voiture. c’est lui qui imagine les formes, les couleurs, les tailles de tous les éléments, et ce jusque dans le moindre détail.

Etre graphiste exige donc d’avoir une forte sensibilité artistique et créative. Le Graphiste utilise son imagination pour créér des graphismes (dessins, typographies, logos, etc…). Par extension, on désignera par infographiste un graphiste qui se sert de l’informatique pour parvenir à ses fins (pour faire court, c’est celui qui manie à la perfection les logiciels de dessins). Le graphiste se préoccupe donc uniquement de dessiner de beaux visuels. On peut ainsi le retrouver dans des boites de jeu vidéo, dans les studio d’animation, dans la presse, dans les agences de publicité, etc.

Le web designer/intégrateur/développeur front-end : ergonomie, utilisabilité, accessibilité

this-is-the-web

Le webdesigner comme son nom l’indique est chargé de concevoir et de réaliser le design d’une interface web. Bien qu’il soit aussi graphiste dans la plupart des cas, son métier ne se résume pas au dessin seul car il s’attache avant tout à la fluidifier des interactions des pages du site web. Créatif et novateur, il tient surtout compte des contraintes spécifiques au support Internet en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité.(parce qu’un dessin destiné à être imprimé pour un journal par exemple n’est pas pareil qu’un dessin destiné à un écran). Pour reprendre le parallèle avec une voiture, c’est lui qui fabrique la carrosserie et l’intérieur, qui s’assure concrètement que le siège est à la bonne hauteur et adapté pour prévenir le mal de dos, qu’une femme enceinte peut tourner le volant sans problème, que les boutons du tableau de bord sont à portée du conducteur et ne gênent pas la conduite, etc…

Le web designer donc récupère souvent les dessins validés et les transforme en code Html et CSS (+ quelques autres), langages web interprétés par le navigateur internet de l’utilisateur. C’est donc au webdesigner que vous devez tout ce que vous voyez en navigant sur un site internet : les joli petits boutons qui changent de couleur au survol de la souris, les icones, les sliders, formulaires, tableaux, bref tout cet univers coloré et animé que vous voyez sur votre écran. 🙂

Parfois, les projets web font intervenir deux personnes : un graphiste qui réalise de jolies maquettes sous photoshop, et un Intégrateur qui transforme ces jolis dessins en code html/css/Js/Ajax… Dans les faits, les entreprises préfèrent une seule personne qui fait les deux : le webdesigner. Ceux des webdesigners qui sont plus dans le code que dans le graphisme préfèrent l’appellation de « développeur front-end ». Comme vous l’aurez compris, on ne les trouvera que dans entreprises du web.

Développeur web, Analyste-programmeur, dév. back-end

1301931144_php_code

C’est celui ou ceux qui programment le coeur, la partie technique du site. On pourrait encore les subdiviser mais dans le web mettons les tous dans le même panier. Ils choisissent les technologies, pensent aux fonctionnalités et codent le « coeur » du site web qu’ils injectent au squelette fonctionnel conçu par les web designers. Pour reprendre encore une fois la métaphore de la voiture, le développeur c’est celui qui conçoit le moteur et tout le circuit électrique et électronique interne de la voiture, qu’il insère ensuite dans la carrosserie faite par le web designer.

Métiers annexes

web-marketing-ACS

Il existe d’autres métiers annexes au web que je ne vais pas détailler ici. A toi de faire des recherches sur ceux qui t’intéressent en particulier. Quelques exemples pèle mêle :

Rédacteur web : Celui qui rédige les contenus comme son nom l’indique. En sus des qualités d’écrivain, connaître les particularités de la rédaction web que ce soit en matière de concision ou de référencement est apprécié.

Référenceur : Celui qui travaille à ce que le site soit bien positionné dans les résultats des moteurs de recherche tels que Google.

Webmarketeur : C’est un commercial du web. Celui qui connais et exploite toutes les façons de gagner de l’argent avec un site web : bannières publicitaires, emailing, affiliation, etc.

CONCLUSION :

Il existe toute une multitude de métiers dans le domaine du web.

Plutôt que de faire une formation dans le flou, il est impératif de se spécialiser sur un outil précis car les compétences que tu vas acquérir avec ces formations sont tellement légères que tu seras mise à l’écart pour tes futures demande d’emploi.

Je te conseille de vraiment te fixer un objectif de formation : front end developper, webdesigner, graphiste etc. À côté de ça, il y a toute une série de métiers qui peuvent être combinés à entre eux et aux trois premiers (ou pas) : ergonome, expert en référencement, rédacteur, webmarketeur…

Au niveau formations :

* Pour du graphisme/design, l’idéal reste une formation artistique classique agrémentée d’une sensibilisation au web (qui est complètement différent, niveau contraintes, du print).

* Pour le webdesign/dev. font, en général une formation en autodidacte donne de bon résultat si elle est bien encadrée ; les formations « officielles » étant un peu en retard sur les progrès du domaine.

* Pour le dev. back, personnellement, je recommande au minimum une formation universitaire (université ou IUT) en informatique pure, qui donnera des bases d’algorithmique en plus de la connaissance des langages.

* Pour les spécialisation « annexes », ça dépends du parcours initial (les rédacteurs par exemples viennent souvent des études de communication).

Dans tous les cas, quelque soit ton choix de spécialisation, dis toi que tu acquerras 90% de ton savoir en dehors de l’école en autodidacte. Parce que l’informatique a ceci de particulier que les technologies évoluent 100 fois plus vite que les programmes de formations. Si tu n’es pas motivé pour aller chercher plus loin par toi même, alors tu auras ton diplôme tout beau mais tu sauras rien faire de tes 10 doigts comme la plupart des diplômés que j’ai rencontré.

1 Commentaire Tour d’horizon des métiers du web

  1. maurice largeron

    Merci pour cet article..

    Merci d’avoir cité le profil du webmarketeur, en effet indispensable à toute stratégie online, la grosse difficulté ou sa grande qualité, c’est qu’il doit cumuler le métier du marketing et du webmastering , avoir des compétences donc techniques sans perdre de vue l’objectif, la conversion !
    Je parle dans cette article de ce genre de métier dont le marché à tant besoin : http://www.mauricelargeron.com/le-numerique-a-lecole/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *