Skip to content

L'entrepreneuriat va t-il sauver l'Afrique?

Partager :

planet

Cet article est une traduction que j’ai faite d’un article du quotidien anglais The Guardian que j’ai trouvé intéressant. L’original est disponible (en anglais) ici.

Et si on aidait les entrepreneurs africains en lieu et place de l’aide publique au développement?

—————–

Après des années où des milliards ont été dépensés pour des projets d’aide en Afrique, les bailleurs de fonds sont actuellement en train de reprendre nouvelle tendance sur la façon de placer de l’argent sur le continent : les entrepreneurs. En juin dernier, une réunion du Forum économique mondial sur l’Afrique s’est tenue au Cap, avec pour objectif de renforcer l’idée selon laquelle le « trade not aid » (« business et non aide ») représente le salut pour un continent dont la moyenne de croissance de 5% au cours des cinq dernières années devrait tomber à 1,5% cette année en pleine récession économique mondiale.

Maintenant, l’esprit d’entreprise est présenté comme une panacée. En mai dernier, la « Commission pour l’Afrique », une initiative du gouvernement danois, a lancé une « garantie » d’une valeur de 3 milliards de dollars de prêts aux petites entreprises. Jusqu’à présent, ces entreprises (généralement des vendeurs ambulants qui souhaitent posséder un magasin, mais avec des besoins dépassant le champ d’application du micro crédit) ont été ignorés par les banques locales. Donald KABERUKA, un membre de la commission et président de la Banque Africaine de Développement, a déclaré que ce projet a été « le plus innovant lancé en Afrique depuis des décennies, ce qui créera des millions d’emplois productifs et décents ».

Le livre best-seller de l’économiste zambienne Dambisa Moyo intitulé « Dead Aid» fait valoir que l’aide occidentale a donné naissance à une culture de dépendance dans les pays en voie de développement. Ce livre a suscité la fureur des organisations humanitaires, irritées par l’attention accordée à l’ancienne stratège de Goldman Sachs que le Time Magazine de ce mois a présenté comme l’une des 100 personnes les plus influentes dans le monde.

Mais la question est: Par quoi devraient être remplacé les aides? Les experts, hommes d’affaires d’affaires et groupes de la société civile mettent en garde du fait que si les nouveaux « entrepreneurs sociaux », comme ils sont appelés, doivent être aidés, ils doivent l’être non seulement à obtenir leur vélo, mais aussi rester en selle.

La crise financière mondiale a accru les tendances protectionnistes entre les pays riches, la détérioration de l’accès de l’Afrique aux marchés. La crise a freiné les efforts, tels que le « Business Call to Action » de Gordon Brown, qui a demandé l’an dernier d’aider les entreprises à réaliser les Objectifs de développement du Millénaire de l’ONU d’ici à 2015.

On estime que 60% de la population africaine a moins de 25 ans aujourd’hui. Seul un enfant sur quatre va dans l’enseignement secondaire et, dans cette proportion, seulement 5% intègrent les cursus de formation professionnelle. Les cours pratiques de business sont le plus souvent absents de programmes d’enseignement et l’apprentissage masque souvent l’exploitation des enfants.

Les hommes d’affaires africains ont bien accueilli le projet de « Commission pour l’Afrique ». Mais le soudanais Mo Ibrahim (entrepreneur  qui a fait fortune en Afrique grâce à la société de téléphonie mobile Celtel) a dit que soutenir les petites entreprises ne représente qu’une partie de la solution. Mo Ibrahim, 63ans, a déclaré: « L’Afrique n’a pas d’industrie du capital-risque; le genre qui a soutenu Google et Microsoft. Ainsi, le mécanisme de garantie est utile, mais ce dont nous avons réellement besoin, ce sont les fonds locaux impliqués. Nous avons besoin d’investisseurs locaux dont la motivation est le profit. La Commission pour l’Afrique ne doit pas devenir une autre industrie de la main tendue.  »

Il a également salué l’idée de relever le plafond de verre du micro-crédit, mais en disant que les gouvernements africains ne doivent pas être laissés sur le coté. « La Banque mondiale devrait refuser de financer tout projet qui n’est pas régional. Les gouvernements africains doivent être incités à régionaliser leurs économies et cesser d’être 53 pays, avec chacun son drapeau, et se regardant jalousement les uns les autres. »

Cheick Diarra, 57ans et président de Microsoft Afrique, a averti du fait que l’engouement des entrepreneurs à créer de la richesse ne se fait que si les obstacles bureaucratiques sont éliminés. «Les politiciens font très peu pour dynamiser leurs économies ou leur population. Les gouvernements devraient se pencher sur le développement des infrastructures, telles que l’électrification. »

Diarra, originaire du Mali, qui s’est rendu célèbre en tant que navigateur interplanétaire à la Nasa, estime également que la «mauvaise aide» est responsable de nombre de maux du continent. «En 2002, j’ai conçu l’Université virtuelle de Nairobi pour la fourniture d’enseignement à distance par Internet. Mais les relations avec la plupart des donateurs ont été une frustration, car ils ont posé des conditions rigides et, étaient rarement disposés à s’adapter à l’évolution rapide des conditions sur le terrain ».

Le développement des affaires en Afrique ne représente pas une menace pour les pays riches. Le continent compte 20% de la population mondiale, mais seulement 2% de son commerce. Néanmoins, avant même la décolonisation dans les années 1960, les pays riches se sont comportés comme s’ils souhaitent maintenir l’Afrique pauvre. La seule exception à la règle est de Coca-Cola, qui depuis 1928 a promu l’entrepreneuriat sur le continent.

Les critiques de la Commission pour l’Afrique disent que cette dernière met l’accent sur les entrepreneurs que cela aidera probablement les entreprises urbaines, mais 65% de la population africaine est encore rurale. La ministre Danoise de développement Ulla Tornaes dit que les agriculteurs ont besoin d’être pragmatique et elle a ajouté: « Nous ne pouvons pas imposer des règles aux pays africains sur l’agriculture. »

Dans la société civile africaine (où les groupes de pression et des organisations de protection sociale financés par l’occident ont fortement subi des réductions budgétaires en raison de la crise) il est à craindre que l’accent mis sur l’esprit d’entreprise soit une privatisation rampante de l’aide. Vuyiseka Dabula, porte-parole de la Commission sud-africaine « Treatment Action Campaign », a déclaré: « Le VIH n’est pas en récession, et nous ne sommes pas une entreprise. Environ 80% de nos fonds proviennent de donateurs internationaux et la plupart d’entre eux ont eu au moins 25% des coupes budgétaires. »

Duncan Green à la tête de la recherche chez Oxfam, a déclaré que l’idée de promouvoir l’esprit d’entreprise servait de reconditionnement aux vieilles idées. «Soudain, les gens disent que l’entrepreneuriat social va permettre à des millions de personnes d’accéder à l’énergie solaire et ce genre de choses. C’est intéressant, mais ça ne doit pas être considérée comme la nouvelle formule magique. »

2 Commentaires (Ajouter le votre)

  1. pour ma part il faudrait un tas de choses pour sauver l’Afrique (entreprenariat,aide,education,…etc). les solutions ont les a et ceci propres à chaque pays.
    mais ceux qui sont sensé les mettre en application ne le font pas ou du moins pas de ma manière efficace (les gouvernants).
    reste à savoir pourquoi? ont-ils les mains liées? se soucient-ils du sort de leur confrères?
    tu en penses quoi neo?

  2. @ Rayon X,

    J’ai également souvent dit. Le véritable problème en Afrique est un problème de représentativité politique. La plupart des dirigeants ne représentent qu’eux même et non pas le peuple qu’il prétendent représenter. Du coup, la notion de « bien commun » c’est quelque chose qui leur est étranger.

    Il faudrait que le peuple se soulève (comme dans les pays arabes en ce moment) pour réclamer des dirigeants qui les représentent vraiment. Seuls ces dirigeants pourraient encourager et promouvoir les initiatives menant au développement. Mais pour se soulever et protester sans sombrer dans le chaos, il faudrait déjà que le peuple soit suffisamment éduqué, cad suffisamment développé. Et pour être suffisamment éduqué, il faudrait qu’il ai eu de bon dirigeants. C’est le cycle infernal de du malheur des pays d’Afrique.

Laisser un Commentaire (Obtenir un Gravatar)

Get a Gravatar! Votre Nom

*

Votre adresse mail ne sera pas divulguee. Le nom et le mail sont obligatoires.