En toutes choses le meilleur maître est l’expérience.

1971571337001_4342775433001_Aliko-Dangote-quoteV2-1024x576

Apprendre des personnes plus expérimentées. Telle est la leçon numéro un de tout aspirant entrepreneur.   Ainsi, le philosophe raté et aspirant businessman africain que je suis, je pouvais qu’apprécier a sa juste valeur ces quelques mots de Aliko Dangote , lâchés au détour d’un entretien accordé au cabinet de conseil Mckinsey.  Pour ceux qui auraient raté un chapitre, Dangote est le CEO et fondateur de Dangote Group, l’un des plus grands conglomérats industriels d’Afrique, possédant des intérêts dans à peu près tout ; du ciment à l’agroalimentaire en passant par les banques ou les telecoms.

Dangote, PDG du plus grand conglomérat d’Afrique, y discute des plans d’expansion pour son entreprise et pourquoi le moment idéal pour investir en Afrique c’est maintenant.

Morceaux choisis de l’entrevue

Les projets de l’entreprise Dangote

Les plus importantes opportunités de croissance pour le groupe Dangote se trouvent principalement en Afrique. Nous réfléchissons à la façon dont nous pouvons emmener cette entreprise à partir de là où nous sommes aujourd’hui, d’une une capitalisation boursière d’environ 25 milliards à 100 milliards de dollars US d’ici 2020.

Le Nigeria est très dépendant du pétrole. 38% des importations du pays sont des produits pétroliers. Nous nous demandons donc, « Comment pouvons-nous monétiser notre gaz? Comment se fait-il que nous achetions du gaz d’autres pays? « Nous avons examiné de quel genre de raffinerie, nous aurions besoin pour répondre à toute la demande intérieure et aussi d’exporter vers les autres pays en Afrique de l’Ouest. Notre future raffinerie, avec une production de 650 000 barils par jour, sera le plus grand complexe pétrochimique du monde en un seul endroit. Il nous en coûtera 12 milliards de dollars à construire, et va générer un chiffre d’affaires de 24 milliards par an. Les autres secteurs dans lesquels nous sommes impliqués sont le sucre, le blé, la farine, les pâtes et le ciment. Le ciment est à ce jour est la seule entreprise que nous développons dans 16 pays différents en Afrique. Le prochain secteur que nous prévoyons de développer est celui la fabrication d’engrais. Nous en construisons actuellement deux usines: nous en utiliserons une partie, et en exporterons une autre. En tout, nous allons faire un investissement de 16 milliards de dollars US au cours des trois prochaines années.

Cela va totalement transformer le Groupe Dangote. Quand un pays exporte des matières premières, il ne gagne en fait pas beaucoup d’argent. Donc, ce que nous essayons de faire est de changer cet état d’esprit: plutôt que d’être exportateurs de matières premières, nous allons maintenant être exportateurs de biens.

Investir en Afrique

Le potentiel de l’Afrique est le secret le mieux gardé. C’est vrai qu’il y a des risques. Mais vous devez chercher comment atténuer les risques et aller de l’avant. L’Afrique, dans son ensemble, a connu une croissance de 5,5% par an au cours des 12 dernières années. Et elle a été durable. Cette croissance, quand vous y regardez de plus près, a été est sans réel pouvoir. Avec la volonté politique, nous pourrions avoir une croissance à deux chiffres. Néanmoins, il y a eu beaucoup de transformations politiques. Divers gouvernements en Afrique rendent la vie plus facile, beaucoup plus facile qu’auparavant. Notre gouvernement avait pour habitude de changer les règles du jeu presque sur une base mensuelle, ou même sur une base quotidienne. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Donc, les investisseurs aujourd’hui peuvent réellement anticiper les résultats sur les dix prochaines années.

Nos banques aussi, ne sont plus les mêmes. Elles ne sont  malheureusement pas encore parvenues là où elles sont censés être, mais au moins vous pouvez obtenir des fonds. Par exemple, en 2005, elles avaient seulement environ 25 millions de dollars US de capital chacune; maintenant au tourne autour de 250 millions de dollars US de capital.

Donc, les choses changent radicalement. Mon conseil est que vous ferez bien mieux d’investir maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. Le train est sur le point de quitter la gare.

Construire des partenariats solides

Une partie de notre plan d’innovation est de faire en sorte que nous ayons de solides partenariats. Nous avons établi un partenariat avec Blackstone pour investir 5 milliards de dollars US dans les infrastructures en Afrique. Ce que nous aurions normalement fait par le passé est que nous aurions pris la totalité du risque premier: Incuber ces entreprises, les faire évoluer, démontrer que ce sont de bonnes entreprises, puis les emmener sur le marché des capitaux. Mais aujourd’hui, nous trouvons certains investisseurs clés bien avant d’atteindre le marché des capitaux. Puis, ensemble, nous nous assurerons que tout est en ligne. Après cela, nous rentrons en bourse au Nigeria. Actuellement, nous pensons même  nous introduire sur le London Stock Exchange.

Une autre partie de notre stratégie d’innovation est de réexaminer nos process. Parce que les processus sont très important et clés lorsqu’il s’agit de faire en sorte que nous soyons concurrentiels au niveau international des standards de fabrication, tant en termes de qualité qu’en termes de production de nos produits de façon plus économique.

Le dernier aspect est celui de la croissance de la taille de notre entreprise. En ce moment, nous sommes en pleine expansion dans 16 autres pays, et nous sommes à la recherche d’autres opportunités. La seule façon pour nous de le faire est de d’informatiser l’entreprise. Nous avons beaucoup d’informations à portée de main pour prendre des décisions et de prendre les bonnes décisions. Ce que je faisais il y a cinq ans, si je tentais de le faire maintenant sans l’automatisation que nous avons aujourd’hui, ce serait impossible.

A la recherche de top managers

Ce qui importe vraiment c’est le capital humain: l’embauche de personnes qui sont plus intelligents que vous. Parce que ce que nous devons faire est de faire en sorte que cette société nous survit. Nous essayons de laisser quelque chose pour la postérité. Nous avons fait beaucoup en termes de recrutement et nous avons un plan de succession. Quelqu’un comme moi, au cours des 25 prochaines années, je pourrais vouloir faire autre chose. Je ne dis pas que je vais prendre ma retraite, mais je pourrais vouloir faire autre chose.

Je dois donc bâtir une équipe très, très robuste. Sans la bonne équipe, je ne serais pas en mesure de livrer les résultats que nous avons pu livrer jusqu’ici. Ainsi, le reconnaissance va au management de Dangote group…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *