trois leçons importantes que ma (courte) expérience m’a enseigné

Si tu traverses l’enfer, ne t’arrête pas. Continue d’avancer – Winston Churchill

Au cours des 10 dernières années, j’ai passé la plupart de mon temps à faires projets, essayer de nouveaux trucs, concrétiser certaines idées, rêver, et chercher à me différencier…avec plus ou moins de succès. En y réfléchissant et au regard de tout ce que j’ai pu accomplir et échoué à accomplir jusqu’ici, je réalise que la leçon de vie la plus importante que j’ai apprise peut se résumer en trois maximes simples :

1. La vallée de la mort craint!

2. Peu importe l’idée, le projet, le rêve.

3. Il n’y a pas de « chemin » unique pour réussir.

1. La vallée de la mort craint!

Vous avez l’impression de ne plus progresser au fil de vos projets ? Au contraire même, vous avez la sensation de régresser ? Pas de panique, vous êtes dans la phase de “traversée du désert”, étape bien connue et inévitable de tout projet quel qu’il soit.

Beaucoup d’idées géniales meurent sans avoir pu éclore. Beaucoup de génies sont étouffés. Et beaucoup de beaux projets sont abandonnés trop prématurément. Tout ceci jusque parce qu’ils n’arrivent pas à franchir cette étape cruciale appelée « The Death Valley » ou Vallée de la mort en anglais, et y restent coincés. C’est cette étape située pile poil à mi chemin entre le succès et l’échec, et c’est vraiment le pire endroit où demeurer coincer. Vous savez! ce moment où vous avez déjà fait assez d’efforts pour ne pas échouer, mais pas encore suffisamment pour réussir.

Beaucoup restent longtemps coincés dans la « vallée de la mort », y compris moi. Et la raison est souvent qu’on n’a plus assez de forces et de ressources pour avancer, mais on ne peut pas non plus faire demi-tour. Cette traversée du désert est mortelle, et beaucoup de beaux projets n’y survivent pas. En analysant mes échecs aussi bien sur le plan personnel que professionnel, je réalise qu’ils ont tous en commun de n’avoir pas survécu à cette étape cruciale. Le problème à ce moment c’est qu’on est très impatient, on ne sait jamais combien de temps va durer cette phase. Alors on expérimente la théorie de la relativité dans le mauvais sens: 1 jour nous parait un an, un an nous parait une éternité! Conclusion : The Death Valley sucks!

2. Peu importe l’idée, le projet, le rêve.

Comme presque tous les créateurs, je passe beaucoup top de temps à ne penser qu’à MES idées, à MES projets. Et vous savez quoi? Personne n’en a rien à foutre. Tout le monde se fiche de mes idées, et des votre aussi. Tout le monde! Et c’est tant mieux comme ça.

J’ai remarqué que gens sont motivés par l’intérêt personnel, et par conséquent, se demandent d’abord ce que VOUS (ou votre idée) pouvez leur apporter. Alors, n’espérez pas intéresser qui que ce soit avec votre projet de faire le truc le plus génial au monde… A moins de vous apeller Steve Jobs, ce que vous trouvez si génial ne l’est en fait qu’à vos propres yeux. Le monde entier se fout de vos idées, de votre vie.

j’avais déjà écrit sur les raisons pour lesquelles je trouvait que les idées sont comme des spermatozoïdes et pourquoi il fallait prendre le temps de s’en occuper soi même. Tout le monde a des idées, des envies, des projets, et AUCUNE ne vaux mieux qu’une autre…sauf aux yeux de leurs auteurs.

Conclusion : Toujours espérer le meilleur, se préparer au pire, oublier ce que pensent les autres, et faire ce qui correspond à votre propre intérêt personnel.

3. Il n’y a pas de « chemin » unique pour réussir.

Voilà le dernier truc intéréssant. Beaucoup de gens font de longues études, passent leur temps dans les livres, à des forums et séminaires, à la recherche de ce « secret » qui leur procurera le bonheur. Ce secret que possèdent ceux qui réussissent, ceux qui atteignent leurs objectifs, et donc le commun des mortels serait ignorant.

Croyez-moi échouer fait vraiment mal, et il n’y a aucun modèle standard qui conduit au succès. Aucune recette, aucune voie unique, aucun secret. Cessez d’en chercher un et sortez vous les doigts du cul pour suivre votre propre voie!

Dans toute chose, commencer est la partie la plus facile. Se mettre en couple, batir une entreprise, réaliser un projet, apprendre un nouveau truc etc. Commencer tout ça est toujours facile. Mais construire quelque chose de durable, et qui a de la valeur aussi bien pour soi que pour les autres, est en réalité est vraiment, vraiment dur et éprouvant. En même temps, n’est ce pas le but même de la vie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *