Qu’est ce qui pousse à immigrer illégalement en Europe?

Vendredi dernier, en début de soirée, j’étais tranquillement en train du profiter de mon weekend devant ma série favorite du moment lorsque mon téléphone a sonné. Au bout du fil, une lointaine connaissance de collège dont je n’avais plus eu de nouvelles depuis plusieurs années. D’ailleurs on ne peut même pas dire que nous étions proches à l’époque du collège. Je me souviens juste vaguement avoir été dans la même classe que sa sœur dont je n’ai plus de nouvelles non plus. Bref, la personne en question m’annonce qu’elle vient juste de débarquer à Paris, après un long périple à travers l’Afrique centrale, le Maroc, et l’Italie.  Comme ces milliers de gens qui risquent leur vie pour tenter de rallier l’eldorado Européen, elle avait joué à la roulette russe de l’émigration clandestine, tellement obsédée par le départ qu’elle n’avait pas vraiment réfléchi à ce qu’elle ferait une fois sur place. Voilà donc que débarquée à paris un vendredi soir pluvieux de novembre et n’ayant nulle part où aller, elle m’a appelé…

African-refugees-Mediterranean-escape2

Pourquoi les gens veulent-ils à tout prix émigrer?

Le motif premier d’émigration est bien sur économique! Premier constat: Ceux qui se lancent dans cette aventure sont pour la plupart sans diplômes, et par conséquent sans perspective dans leur propre pays. Déjà qu’avec des diplômes ce n’est pas facile. Comment dès lors dissuader un jeune africain d’émigrer quand le pouvoir d’achat d’un ouvrier occidental est équivalent à celui d’un cadre supérieur africain? Une fois la traversée effectuée, des « marchands de sommeil » leur louent, à prix d’or d’ami, des logements exigus et dégradés. Des patrons sans scrupule compatissants exploitent donnent une chance à cette main d’oeuvre corvéable à merci. Comme tous les immigrés première génération, ces immigrants sont majoritairement cantonnés aux boulots de merdes qu’ils sont d’ailleurs bien contents d’avoir, avec l’espoir que leurs enfants (si ce n’est eux-même) un jour prendront l’ascenseur social.

Stopper la marée humaine des affamés

En Occident, on est tiraillé entre bonne conscience et raison. Heureusement que pour l’instant, l’immigration (légale et illégale) rapporte à l’Europe plus qu’elle ne coûte. Ainsi, à chaque fois que je me rappelle que je gagne plus que 80% des salariés français, que je fais partie de la tranche de population la plus taxée et que je ne bénéficierais probablement jamais d’aucune aide publique directe, je relativise.

New System Tracks Foreign Travellers At JFK

Cependant, quand les Etats occidentaux soutiennent à coup subvention la production de tomates en Italie, de poulet en France, de lait en poudre aux Pays-Bas, de fromage au Danemark, de blé aux USA, des agriculteurs africains, leurs fils et leurs cousins quittent leur terre laissée en jachère et se mettent en marche sur les chemins de traverse à la poursuite des richesses illusoires. Grâce aux subventions publiques, l’agriculteur européen peut produire des poulets en excès et à perte. Les surplus vont alors inonder les pays africains, où elles arrivent à 50 centimes d’euro le kilo, contre 2 euros le kilo pour le poulet produit localement et sans aucune aide. Quel autre choix a le jeune entrepreneur africain incapable de tenir face à cette concurrence déloyale? Même si des pays comme le Brésil, l’Argentine ou l’Inde tendent à dépasser l’Europe sur les marchés africains ces dernières années, pour le paysan africain, l’effet est le même. Qu’elle soit latino-américaine ou européenne, la concurrence est rude, et paupérisante.

Les dirigeants africains ont une immense responsabilité pour stopper cette saignée et la destruction de leur postérité. Grâce au travail acharné de ses enfants la Terre-mère africaine peut parfaitement nourrir tout son peuple à condition qu’un mode de production moderne et planifié soit implanté et imposé. Seule la classe moyenne émergente a la capacité d’ériger cette nouvelle société ; quand nous prendrons cette tâche en main, la marée des immigrés va s’épuiser. Car le premier choix de l’africain c’est son patelin, son quartier, sa plaine, sa brousse, sa jungle et son jardin. L’africain ne vient mourir dans ces froides et mornes villes du Nord que contraint, le cœur étreint.

Mais tout ceci ne sont que des discours et paroles censées de personnes assises bien au chaud dans leur canapé. En attendant, ventre affamé n’a point d’oreilles. Des gens comme mon ami, faute de perspectives, continueront d’immigrer illégalement quoi qu’on fasse ou dise. Et devant le fait accompli, que peut-on faire à part se taire, et éventuellement tendre la main pour aider à passer du rôle de victime à celui d’acteur? Voilà comment j’ai ouvert ma porte ce weekend à un « persona non grata ». Solidarité africaine oblige.

3 Commentaires Qu’est ce qui pousse à immigrer illégalement en Europe?

  1. Céline

    Juste un petit commentaire pour préciser que je partage parfois vos idées, sans être africaine, immigrée. Je me sens juste comme un être humain, qui selon mon lieu géographique de naissance, bénéficie de plus ou moins de droits et de perspectives d’avenir. En plus de mon sexe, mon milieu social et mon éducation. Pas de la naïveté de ma part je pense, mais une envie de recul, pour que les choses aillent de l’avant et de manière positive, pour chacun mais ensemble. Et en se respectant les uns les autres, en s’écoutant, en évitant de créer des clivages. J’espère encore que c’est réalisable. Voilà. Emigrer pour des raisons économiques ou de conflits ethniques (ou religieux), n’importe quel humain peut envisager ou être devant la nécessité de le faire. Seuls ceux qui l’ont fait et ont traversé toutes les épreuves qui en découlent peuvent en parler, quelle que soit leur couleur ou leur origine ou l’époque où ça s’est passé. L’important pour chacun, c’est de pouvoir s’imaginer concrètement à la place de l’autre (et ça, d’une manière générale dans la vie, quel que soit le problème). En bref, j’apprécie ce que je trouve sur votre blog, mais parfois, j’y ressens une colère ou un mépris vis à vis des gens blancs (pour parler simplement/bêtement) nés en France qui me dérange. On ne doit pas généraliser ou mettre en avant la bêtise. Si on fait ça, on n’avancera jamais sur la bonne route. La dénoncer oui, pour rappeler les gens à la raison, mais pas en faire un message « unilatéral » qui continuera à diviser les idiots. Voilà, c’est mon avis. J’ai souvent hésité à en faire part parce qu’on est sur Internet, et que finalement, qui sait l’impact que ça peut avoir sur les consciences. Mais bon, je ne peux pas mettre des « j’aime » même sur un support comme Facebook, sans préciser mon ressenti. Voilà, bonne continuation à vous, et n’oubliez pas que tous les français « blancs » ne sont pas racistes, idiots, et imbus d’eux-mêmes. Beaucoup de gens, de toutes couleurs, religions, opinions et j’en passe, aimerait juste vivre ensemble, avec leurs différences et en partageant leur humanité, tant pis pour les cyniques et les racistes.

    Répondre
    1. Neo

      Céline,

      Merci pour ton commentaire, et c’est une excellente chose de préciser ton ressenti. Il n’est pas anodin.

      je pense aussi que si on veut changer concrètement la mentalité du plus grands nombre et faire avancer une cause, il est absolument nécessaire de faire un pas vers les « sympathisant modérés », pour qu’ils embrassent la cause. Ainsi, la colère ou le mépris ressentis ne sont que l’expression des émotions de la personne qui les exprime. Il vaut mieux s’émouvoir, s’indigner, que d’adopter la pire des attitudes: l’indifférence.

      Tous les français « blancs » ne sont pas racistes, idiots, et imbus d’eux-mêmes; comme tous les immigrés/noirs et leurs enfants ne sont pas des ingrats qui crachent sur la main que leur a tendue la France.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *