Ton Visa (ou ta Carte de Séjour) ne sert à rien…

******Cet article date de Aout 2009. Compte tenu du fait que c’est l’été et que je suis en vacances le blog passe en mode-semi-automatique et tournera légèrement au ralenti jusqu’à la rentrée. Durant ce temps, vous verrez donc quelques articles extraits des archives comme celui-ci automatiquement propulsés en page d’accueil******

Après avoir longtemps transpiré, voilà que tu viens enfin d’obtenir ton visa pour partir en Occident. Toute ta famille est réjouie et c’est toute ta tribu qui t’accompagne à l’aéroport en héros. Très bien ! Vient maintenant la douche froide… Cher jeune immigré, la première chose qu’il est vital que tu comprennes est la suivante : le rêve est fini.

Symptôme classique du non-sevrage : « Mon petit job en Europe me permettra de prétendre à un salaire de… » La seule chose correcte dans cette phrase est bien le verbe « prétendre » (adjectif : prétentieux ; adverbe : prétendument…). Soyons réaliste ! Ce que tu ignores jusqu’ici est que des petits prétentieux arrivistes comme toi, il y en a des milliers ici, et les profils équivalents au tien s’entassent, par paquets de cent, sur les coins des bureaux des employeurs occidentaux débordés. Sans compter que la crème des diplômés du pays est disponible gratuitement… en stage ! Et pour les emplois non-qualifiés et sous-payés, un sans-papier fait très bien l’affaire. Bienvenue chez les dévots du profit… Là où tout a été pensé pour te faire comprendre que « tu ne sers à rien à personne» ou « tout le monde se fout de ton existence et personne, à part ta mère n’a jamais entendu parler de toi ». Je sais, cette vérité est cynique, cruelle et tout et tout… Bon maintenant, sèche tes larmes, remballe ton offuscation. La désillusion est grande mais puisque l’école des coups durs constitue un cursus accéléré, remercie-moi plutôt de te faire gagner du temps (et le temps, c’est de l’argent).

C’est bon, tu m’écoutes maintenant? Première leçon à l’attention de tout aspirant immigré: beaucoup d’appelés et peu d’élus. C’est donc une com-pé-ti-tion. Dans laquelle tu es face à d’autres immigrés chinois, pakistanais, maliens, congolais, boliviens, chiliens, etc…Prenons une analogie sportive : la formule 1. Avant la course, il y a les tours d’essais qualificatifs pour déterminer les positions sur la grille de départ. Ton visa est un peu comme ce tour d’essai qualificatif : tu as fait un bon chrono (un visa long-séjour), tu es en bonne place sur la grille de départ. Maintenant la course commence. Quelles que soient les positions sur la grille de départ, le vainqueur sera celui qui roulera le mieux et le plus vite. Point barre. C’est bien beau d’avoir décroché la pole position aux qualifs mais si le type placé derrière toi… décide de rouler à tombeau ouvert, sans jamais ralentir dans les virages, pendant que tu conduis gentiment en pérorant que tu as obtenu la pole position aux essais, il ne faut pas en plus espérer finir sur le podium à ruisseler sous le traditionnel magnum de champagne millésimé ! Tous les pays établissent des quotas annuels de visas…Toutes les universités des quotas d’admission d’étudiants….Toutes les entreprises des quotas de recrutement… tu commences à comprendre !

J’en profite aussi pour tordre le coup au refrain des aspirants immigrés : « En Europe, les relations ne comptent pas pour réussir » C’est un tout petit peu plus subtil : en Europe, les relations ne suffisent pas pour réussir. Pour reprendre l’analogie de la formule 1, la course n’a pas lieu sur un circuit fermé mais sur une route classique. La compétition y est plus ouverte, plus dense donc, et fatalement plus relevée.

Ne perds pas de vue que l’on délivre le visa à une jeune pour ce qu’on espère qu’il réalisera, (r)apportera au pays, non pour ce qu’il a fait. Ton visa (ou ta carte de séjour) est une invitation à participer à une compétition, certainement pas la médaille du vainqueur. A méditer…

5 Commentaires Ton Visa (ou ta Carte de Séjour) ne sert à rien…

  1. Pingback: Mais où sont donc passés les intellectuels et savants africains…? (Partie 1/2) | Réflexions et analyses d’un étudiant africain expatrié

  2. hasna

    n’importe quoi! ça on l savait dja! toute ces baliverne pour dire qu’ aller a l’occident c’est allez a une compete! biensur! vu que tu naura personne labas et tu pense k c7 pa de la compete pr ces occidentaux eux meme? mm en restan ici c7 une compete la seul difference c7 k ta d la famill pr tépauler cki nest pa l cas laba! normal vu k c7 pa tn pays et tu connait peu d gens!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *