Le système d’imposition français vu de l’Amérique

Traduction du cours d’économie de David R. Kamerschen, Ph.D. Professeur d’économie à l’University of Georgia (USA).

Chapitre : Comprendre le système d’imposition Français :

Tous les jours 10 hommes se retrouvent pour boire une bière et l’addition se monte à 100 $.

Ils décident de payer la note selon le système d’impôt Français, cela donne ceci :

Les 4 premiers (les plus pauvres !?), ne paient rien.

Le cinquième paye 1 $

Le sixième paye 3 $

Le septième paye 7 $

Le huitième paye 12 $

Le neuvième paye 18 $

Le dernier (le plus riche ?!) paye 59 $.

Les dix hommes se retrouvent chaque jour pour boire leur bière et semblent assez contents de leur arrangement.

Jusqu’au jour ou le tenancier leur dit : « Comme vous êtes de bons clients, j’ai décidé de vous faire une remise de 20$. Vous ne payerez donc vos 10 bières que 80$ »

Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon. Les quatre premiers continueraient à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20$ de remise de façon équitable. Ils réalisèrent que 20$ divisé par 6 faisaient 3,33$. Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage alors 6 d’entre eux devraient être payés pour boire leur bière !!!!

Le tenancier du bar suggéra qu’il serait équitable de réduire l’addition de chacun d’un montant proportionnel.

Cela donne alors:

Le 5° homme, comme les quatre premiers ne paye plus rien. Un pauvre de plus ? (Ndt)

Le 6° paye 2 $ au lieu de 3 (33% de réduction)

Le 7° paye 5$ au lieu de 7 (28% de réduction)

Le 8° paya 9 $ au lieu de 12 (25% de réduction)

Le 9° paya 14 $ au lieu de 18 (22% de réduction)

Le 10° paya 49 $ au lieu de 59 $ (17% de réduction).

Chacun des six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :

« J’ai seulement eu 1 $ sur les 20 $ de remise », dit le 6°, il désigna le 10° « Or, lui il a eu 10 $ ». « ouais ! dit le 5°, j’ai seulement eu 1 $ d’économie aussi » « C’est vrai ! » s’exclama le 7°, « pourquoi aurait-il 10$ alors que je n’en ai eu que 2 ? » Le plus riche a eu le plus gros de la réduction» « Attendez une minute » cria le 1° homme à l’unisson, « nous 4 n’avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres » Les 9 hommes cernèrent le 10° et l’insultèrent !!!

La nuit suivante le 10° homme (le plus riche ?!) ne vint pas.

Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui.

Quand vint le moment de payer leur note, ils découvrirent quelque chose d’important : Ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition.

Cela, est le reflet de ce système d’imposition.

Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe. Ceux qui sont trop taxés partent de leur pays, la facture n’étant pas réduite, ceux qui restent doivent payer plus !

Signé David R. Kamerschen, Ph.D. Professeur d’économie
University of Georgia,
USA

 

Commentaire: Cette petite anecdote devrais nous donner à réfléchir tous, notamment au regard de la conjoncture actuelle.

9 Commentaires Le système d’imposition français vu de l’Amérique

  1. S&P

    Si tout était une question de taxation, il n’y aurait jamais eu de crise économique ou elle aurait été résolue depuis longtemps et en premier lieu aux USA. Tout dépend du contexte économique à mon sens, tu auras beau baissé les impôts s’il n’y a pas de débouchés, aucun riche n’investira, pourquoi investir lorsqu’il n’y a pas de marché à satisfaire…? Dans le cas présent, il vaut mieux baisser les impôts pour les classes moyennes pour relancer le marché par la consommation ce qui à terme poussera les investisseurs fortunés à de nouveau investir. Ceci dit, lorsque l’on n’est pas en situation de récession et que l’économie est florissante, baisser les impôts pour les plus riches me semblent à ce moment-là cohérent afin qu’ils maintiennent leur effort d’investissement.

    Répondre
  2. Kalagan

    Pas mal cette histoire, et tellement vraie !

    Mais alors, si on ne peux pas taxer de plus en plus les plus riches par peur qu’ils s’enfuient, comment rétablir un peu d’humanité dans la répartition des richesses ?

    A chaque fois que je parle de « revenu maximal » et de « revenu universel » (par exemple, respectivement 30000 et 600 euros par mois), on me dit que les riches partiront de France.

    C’est ce qu’on appelle l’économie éthique et en France, on en est encore très, très, très loin !!!

    Répondre
  3. Neo

    @ S&P,

    Tu ne penses pas que le modèle de croissance occidental reposant sur la consommation a atteint ses limites ? L’expérience a également montré que baisser les impôts ne résout pas forcément le problème de la consommation: les gens ayant tendance à en profiter pour faire des réserves (en prévision de la catastrophe).

    Répondre
  4. Neo

    @ Kalagan,

    je suis d’accord avec l’idée un revenu Minimal, mais contre celui d’un revenu maximal. Un des moyens de rétablir un peu d’humanité serait de simplement responsabiliser et conscientiser un peu plus les riches. D’ailleurs la plupart du temps, leurs richesses dépends de l’appauvrissement des autres. lol! Je veux dire, C’est parce que nous continuons a acheter des shampoings que Bettencourt est riche.

    Répondre
  5. S&P

    @Neo

    Je suis d’accord avec toi sur ce principe mais on sait aussi que des baisses d’impôts attribuées à des personnes à revenus modestes sont plus susceptibles d’être utilisés a fortiori en temps de récession économique.

    Pour ce qui est du revenu maximal, pour moi, ce n’est pas une bonne solution car cela risquerait de décourager l’effort. Il vaudrait mieux à mon sens tenter d’établir un revenu que j’appellerais « plancher » pas trop bas pour que les personnes ayant ce revenu puisse vivre décemment. A ce propos, le système français est peut-être le plus proche de cet idéal quoiqu’on en dise. Il est perfectible mais je ne pense pas que ce soit le pire.

    Répondre
  6. Vision_Autre

    Cette histoire est bien belle mais seulement comment les riches le sont devenus? En donnant du travail ou en confisquant les moyens de subsistance des plus faibles pour mieux les exploiter et engendrer un jeu de massacre gigantesque. Et puis quand vous avez passé 20 ans et usé le meilleur de votre santé ( voir le dégâts du système de santé américain: pas jojo) pour le profit de quelques actionnaires qui partent en vous laissant pour compte? Il est normal que les riches payent, s’il veulent partir Ok! qu’il laissent leur pognon car celui ci ne leur appartient pas ce n’est pas eux qui l’on gagné, il l’ont simplement confisqué. Il ne travaillent pas car dans le travail il y a question de pénibilité, il se font plaisir et flattent leur orgueil . Combien de pirate boursier! Beaucoup! Les riches ne font jamais la richesse, ils détruisent ce qui existe pour leur profit personnel et là il n’y a pas d’histoire à raconter ni de théorie à élaborer : il suffit de regarder autour de soi c’est du concret.

    Répondre
  7. Neo

    @ Vision_Autre

    Les riches se divisent en deux catégories:

    Pour deux tiers d’entre eux, cela provient du vol, de l’héritage, ou de la confiscation et de la spoliation des biens des plus pauvres.
    Pour un tiers, cela provient simplement des fruits du travail acharné, et d’un peu de chance.

    Maintenant, la question qui se pose est « comment différencier ces deux catégories? »

    Comme je l’ai souvent dit, le socialisme n’a jamais pris racine aux Etats Unis simplement parce que beaucoup de pauvres là-bas ne se voient pas comme des gens qu’on exploite. Ils se voient simplement comme des riches « provisoirement » dans le besoin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *